Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus, couvre-feu : le détail des nouvelles mesures annoncées par le gouvernement

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Le Premier ministre Jean Castex accompagné de plusieurs ministres a détaillé ce jeudi lors d'une conférence de presse les mesures annoncées par Emmanuel Macron pour tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus en France.

Le Premier ministre Jean Castex, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, le ministre de la Santé Olivier Véran en conférence de presse, le 15 octobre 2020.
Le Premier ministre Jean Castex, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, le ministre de la Santé Olivier Véran en conférence de presse, le 15 octobre 2020. © AFP - Ludovic MARIN / POOL

Le Premier ministre, Jean Castex, accompagné des ministres de la Santé, Olivier Véran, de l'Intérieur, Gérald Darmanin, de l'Economie, Bruno Le Maire, et du Travail, Elisabeth Borne, a précisé ce jeudi les nouvelles mesures mises en oeuvre pour lutter contre la crise sanitaire. Mercredi, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé l'instauration d'un couvre-feu nocturne dans plusieurs métropoles françaises à partir de samedi. Une mesure prise dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, rétabli par décret après avoir été imposé du 23 mars au 10 juillet. Le président a également appelé les Français à respecter "la règle des six", à savoir limiter les rassemblements à six personnes dans la sphère privée (hors membres d'une même famille) et dans la rue.

Depuis une dizaine de jours, il y a "une accélération soudaine et spectaculaire" a expliqué le Premier ministre en préambule cet après-midi. "Entre le 1er et le 12 octobre le nombre de cas pour 100.000 personnes est passé de 107 à 190 en France avec des niveaux particulièrement alarmants dans certaines grandes villes (...) et les capacités de réanimation sont déjà très fortement sollicitées, en particulier à Paris où 46% des lits sont occupés par des cas Covid".

Les règles dans les métropoles soumises au couvre-feu 

L'objectif du couvre feu-sanitaire mis en oeuvre dans neuf métropoles "est de réduire les interactions privées" a insisté le chef du gouvernement avant de préciser les modalités. "À 21h, chacun devra être chez soi et sauf exceptions tous les lieux recevant du public seront fermés" a-t- il précisé. 

  • Certains déplacements resteront autorisés :
    • pour des raisons de santé (pour aller à l'hôpital ou aller acheter des médicaments dans une pharmacie de garde, par exemple) ;
    • pour des raisons professionnelles, si vous travaillez de nuit ou que vos horaires travail ne vous permettent pas d'être chez vous à 21 heures ;
    • pour un train ou un avion qui arrive ou part après 21 heures, billet à l'appui ;
    • pour vous rendre auprès d'un proche en situation de dépendance ;
    • pour sortir votre animal de compagnie près de chez vous.
  • Dans ces cas précis, une attestation disponible sur le site du ministère de l'Intérieur sera nécessaire pour circuler. On "pourra toujours continuer à écrire sur un papier libre, notamment pour les personnes les plus âgées ou les gens qui n'ont pas d'imprimante ou de photocopieuse à disposition immédiatement" a détaillé le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.
  • Certains établissements échapperont à la fermeture anticipée : il s'agit des établissements de santé et médico-sociaux, des structures d'accueil des plus précaires, des hôtels, des restaurants faisant de la livraison à domicile, des établissement publics qui assurent un service en soirée et la nuit, comme les commissariats.
  • Par ailleurs, "les universités et établissements du supérieur appliqueront des règles d'occupation limitant à 50% la présence sur place des étudiants et l'occupation des lieux d'enseignement" a indiqué le Premier ministre.
  • 12.000 policiers et gendarmes seront mobilisés, "chaque nuit entre 21 heures et 6 heures", pour contrôler le respect du couvre-feu a annoncé le ministre de l'Intérieur.

Les règles appliquées dans l'ensemble du pays

Du fait de la mise en oeuvre de l'état d'urgence sanitaire sur l'ensemble du territoire à partir du samedi 17 octobre, les règles suivantes s'appliqueront partout en France :

  • Toutes les fêtes privées (mariages, fêtes étudiantes) seront interdites sur l'ensemble du territoire.
  • Le nombre de clients par table dans les restaurants sera limité à 6, et le protocole sanitaire renforcé pour "tous les restaurants de France" a indiqué le Premier ministre.
  • Un siège sur deux devra être laissé libre dans les lieux publics tels que les cinémas et théâtres.
  • "Dans tous les lieux où l'on circule debout", le nombre de visiteurs sera limité sur la base d'une règle de 4m² par personne. Cela concerne les centres commerciaux, musées ou encore les zoo.

Vie au travail et aides aux entreprises

  • Les entreprises devront définir avec les partenaires sociaux un nombre de jours minimal de télétravail  "pour les postes qui le permettent", a annoncé la ministre du Travail Elisabeth Borne.
  • Dans la fonction publique, les services vont être réorganisés pour permettre deux à trois jours de télétravail par semaine "chaque fois que cela pourra être concilié avec les nécessités du service".
  • Toutes les entreprises de moins de 50 salariés situées dans les zones de couvre-feu seront éligibles au fonds de solidarité jusqu'à 1.500 euros si leur perte de chiffre d'affaires atteint 50%, et ce tant que le couvre-feu durera.
  • "L'aide du Fonds de solidarité qui va jusqu'à 10.000 euros par mois", sera ouverte aux entreprises des secteurs de l'hôtellerie, des cafés, de la restauration, de la culture, de l'événementiel, du sport,"dès lors qu'elles subissent une perte de d'affaires non plus de 70%, mais de 50%", a précisé Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie.
  • Toutes les entreprises fermées administrativement durant le couvre-feu bénéficieront d'une exonération totale des cotisations patronales jusqu'à la fin de la période. 
  • Le gouvernement a demandé à la Fédération Bancaire Française d'examiner un report des prêts pour les entreprises qui en auront besoin.
  • Les entreprises de tous les secteurs de l’économie pourront bénéficier de prêts de l’État jusqu’au 30 juin 2021.
  • Concernant les assurances, le ministre de l'Economie a assuré que sera finalisé "dans les prochaines semaines un nouveau régime d'assurance pour les entreprises en cas de catastrophe sanitaire impliquant une fermeture administrative".
  • Pour le secteur de la culture, lui aussi très touché, des discussions "vont s'ouvrir dès demain matin avec Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture", a ajouté le ministre de l'Economie.

Des aides pour les plus précaires "avant la fin de l'année"

Une prime de 150 euros sera versée aux bénéficiaires du RSA avant la fin de l'année. S'ajouteront à ces 150 euros, 100 euros supplémentaires par enfant.

Pour les ceux qui touchent les APL, l'aide sera de 100 euros par enfant et non 150 euros par bénéficiaire comme annoncé par Emmanuel Macron. Ce qui exclue donc une majorité de jeunes, qui n'ont pas non plus droit au RSA avant 25 ans. Au total,  4,5 millions de foyers sont concernés.

Évolution de la stratégie de tests et indemnités pour les personnels soignants

La France "est en train de gagner la bataille des délais" en matière de tests a assuré le ministre de la Santé Olivier Véran, affirmant que désormais, 91% des tests PCR sont rendus en moins de 48 heures. "5 millions de tests antigéniques", ont été commandés a-t-il annoncé. Ces tests, "au lieu de les envoyer à un laboratoire, on peut faire directement les manipulations sur place". Ils permettent d'avoir le résultat entre 10 et 30 minutes mais ne remplacent pas les tests PCR, a prévenu le ministre de la Santé.

"Une indemnité compensatrice de congés annuels longue pris sera mise en place, allant de 110 à 200 euros brut par jour" pour les agents qui seront mobilisés par nécessité de service dans les jours et semaines à venir a par ailleurs promis le Premier ministre. La revalorisation de 93 euros par mois pour deux millions de soignants, décidée lors du Ségur de la Santé, sera finalement versée avant la fin de l'année 2020 et non en mars prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess