Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement - Écoles, télétravail, déplacements : ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu
France

Emmanuel Macron s'est adressé aux Français ce mercredi soir à 20h pour annoncer de nouvelles mesures de restriction afin d'endiguer l'épidémie de coronavirus. Il a notamment confirmé le retour d'un confinement national dès vendredi et jusqu'au 1er décembre au moins.

Emmanuel Macron annonce notamment le retour d'un confinement national jusqu'au 1er décembre au moins.
Emmanuel Macron annonce notamment le retour d'un confinement national jusqu'au 1er décembre au moins. © AFP - Ludovic MARIN

Le chef de l'Etat a pris la parole ce mercredi soir pour annoncer de nouvelles mesures destinées à freiner la propagation du coronavirus. Durant son allocution, il a souligné que cette "deuxième vague sera sans doute plus dure et plus meurtrière que la première". Il a ainsi annoncé le retour d'un confinement national à partir de ce vendredi et jusqu'au 1er décembre. "Ce confinement sera adapté sur trois points principaux : les écoles resteront ouvertes, le travail pourra continuer, les Epahd et les maisons de retraite pourront être visités", a-t-il complété. Jean Castex doit détailler ce jeudi à 18h30 les nouvelles mesures.

Plus de la moitié des 6.000 lits actuellement disponibles en France en réanimation sont occupés par des malades atteints du Covid-19. L'épidémie a déjà fait plus de 35.000 morts dans le pays. 

L'essentiel

  • Retour du confinement national pour stopper le virus à partir de ce vendredi et jusqu'au 1er décembre.
  • Les commerces qui ont été définis au printemps comme non-essentiels, notamment les bars et restaurants seront fermés.
  • Les écoles resteront ouvertes. Le président précise que les crèches, les écoles, les collèges ainsi que les lycées seront ouverts avec un protocole sanitaire renforcé.
  • Le télétravail sera généralisé mais "l'activité continuera avec plus d'intensité" qu'en mars et avril.
  • Les Ehpad et les maisons de retraite pourront être visités.
  • Les déplacements d'une région à l'autre seront interdits "à l'exception des retours de vacances de la Toussaint".

France Bleu fait le point sur les dernières mesures annoncées par le chef de l'Etat.

Un confinement national jusqu'au 1er décembre

Emmanuel Macron confirme ainsi la mise en place d'un confinement en France pour au moins un mois, à partir de ce vendredi et jusqu'au 1er décembre : "Tout le territoire national est concerné avec des adaptations pour les départements et territoires d'outre-mer." 

C'est donc le retour de l'attestation comme au printemps : 

  • "Vous pourrez sortir de chez vous uniquement pour travailler, vous rendre à un rendez-vous médical, pour porter assistance à un proche, pour faire vos courses essentielles ou prendre l'air à proximité de votre domicile", a détaillé le président de la République.
  • Les réunions privées en dehors du strict noyau familial seront donc exclues, les rassemblements publics seront interdits.

Les écoles de France resteront ouvertes 

Pendant la nouvelle période de confinement décrétée à partir de ce vendredi, les écoles pourront rester ouvertes. Les collèges et les lycées également. "Nos enfants ne sauraient être durablement privés d'instruction (...) les crèches, les écoles, les collèges et les lycées demeureront donc ouverts avec des protocoles sanitaires renforcés", a déclaré le chef de l'Etat. 

Il a aussi précisé que les "cours en ligne" seront privilégiés "partout où c'est possible" dans les universités.

Aussi, les visites dans les Ehpad seront autorisées, contrairement au printemps dernier. "Pour éviter que ne se nouent des drames humains que nous avons vécus au printemps, que des personnes seules, en fin de vie, se retrouvent totalement isolées, les visites en maison de retraite et en Ehpad seront cette fois autorisées, dans le strict respect des règles sanitaires", a-t-il dit.

Pas de déplacements d'une région à l'autre

Il ne sera plus possible de se déplacer d'une région à l'autre. En revanche, si vous êtes en vacances vous pourrez rentrer chez vous. "Vous ne pourrez pas vous déplacer d'une région à l'autre, à l'exception des retours de vacances de la Toussaint", a précisé Emmanuel Macron. "Il y aura une tolérance durant ce week end de retour pour que chacun puisse revenir de son lieu de vacances. Pour que les familles puissent s'organiser."

Le chef de l'Etat n'a pas donné de précision sur la règle des 100 kilomètres qui s'était appliquée au printemps dernier.

Les bars, les restaurants et les "commerces non essentiels" seront fermés

Les bars, les restaurants et les "commerces non essentiels" vont fermer partout dans le pays durant ce nouveau confinement. Mais la situation sera réévaluée dans 15 jours et certains commerces pourraient rouvrir à l'approche de Noël.  

"Je sais que beaucoup de commerçants espéraient ne pas fermer, je sais que pour les commerces de centre-ville, je demande un très gros effort : tenons-le avec beaucoup de rigueur pendant 15 jours (et) si d'ici 15 jours, nous maîtrisons mieux la situation, nous pourrons alors réévaluer les choses et espérer ouvrir certains commerces, en particulier dans cette période si importante avant les fêtes de Noël", a assuré le chef de l'Etat.

Le télétravail généralisé partout où c'est possible

Pendant ce deuxième confinement, "vous pourrez sortir pour travailler", a précisé Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée. Mais "partout où c'est possible, le télétravail sera à nouveau généralisé", a-t-il poursuivi, expliquant que par rapport au premier épisode de confinement au printemps, "l'activité continuera avec plus d'intensité".

Plus précisément plusieurs secteurs continueront de fonctionner notamment : les guichets des services publics, les usines, les exploitations agricoles, les bâtiments et travaux publics.

De nouvelles capacités pour les services de réanimation

"Nous savons que, quoi que nous fassions, près de 9.000 patients seront en réanimation à la mi-novembre, soit la quasi-totalité des capacités françaises", a prévenu Emmanuel Macron. Pour l'heure, plus de 3.000 malades du Covid-19 sont en réanimation selon les chiffres de Santé publique France ce mercredi. 

La deuxième vague sera sans doute plus dure et plus meurtrière que la première.

Le président de la République a donc annoncé que les capacités de réanimation seraient portées à 10.000 lits, soit un doublement du nombre initial. Il a également ajouté : "Si nous ne donnons pas aujourd'hui un coup de frein brutal aux contaminations, nos hôpitaux seront très vite saturés, sans que nous ayons cette fois la possibilité de transférer beaucoup de patients d'une région à une autre, parce que le virus est partout."

Coronavirus : les annonces d'Emmanuel Macron.
Coronavirus : les annonces d'Emmanuel Macron. © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess