Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"Il a dû se sentir abandonné" dit la fille de Maurice, mort du Covid-19 à l'Ehpad de la Roche-Chalais

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

14 personnes âgées sont décédées du coronavirus à la Roche-Chalais en seulement quelques semaines. Parmi eux, Maurice, 96 ans, mort en début de semaine. Brigitte, sa fille est en colère. Elle pointe du doigt un système qui n'accompagne pas bien les personnes en fin de vie.

"Il a dû se sentir abandonné", dit la fille de Maurice, mort du Covid-19 à l'Ehpad de la Roche-Chalais
"Il a dû se sentir abandonné", dit la fille de Maurice, mort du Covid-19 à l'Ehpad de la Roche-Chalais © Radio France - Flavien Groyer

C'est une terrible fin d'année que vivent les résidents et personnels de l'Ehpad de la Roche-Chalais dans l'ouest de la Dordogne. 14 personnes âgées ont succombé au Covid-19 en seulement quelques semaines. Maurice, 96 ans, est l'un d'entre eux. Très malade, il s'est éteint en tout début de semaine dans l'établissement. Sa fille Brigitte qui habite Libourne, témoigne sur France Bleu Périgord. Elle ne veut accuser personne mais est très en colère de la façon dont son père a été accompagné dans sa fin de vie.

La santé de Maurice s'est rapidement dégradée

Maurice a été diagnostiqué positif au coronavirus le 21 décembre dernier et tout s'est enchaîné très vite : "On nous a dit que son état n'était pas terrible, j'y suis allé dimanche soir avec ma fille. Il est décédé lundi soir" explique Brigitte sa fille. Le soir de sa visite, Brigitte repart tard dans la nuit et très énervée : "Il n'y avait aucun médecin de garde dans le coin. Il souffrait et il n'y avait rien pour le soulager. Il y avait une aide soignante la nuit qui était gentille mais la pauvre elle ne pouvait rien faire. J'ai dû appeler le 15 !" assure Brigitte, exaspérée.

On a l'impression que ce n'est plus une maison de retraite mais un mouroir. - Brigitte

Elle a envoyé un courrier pour dénoncer "le système"

Pour exprimer sa colère, Brigitte (qui est aussi présidente du Conseil de Vie Sociale de l'Ehpad) a décidé d'envoyer un courrier aux députés, au maire de la Roche-Chalais, à l'ARS et à la directrice de l'Ehpad : " Je sais pas si ce sera apprécié, tant pis ! Je pense que l'accompagnement en fin de vie laisse à désirer. C'est arrivé à mon père et je me suis dit cela doit arriver souvent. Le personnel fait ce qu'il peut mais il est livré à lui-même ! Je ne veux accuser personne et on ne peut pas dire que c'est la faute d'un tel ou d'un tel. C'est le système qui me met en colère !"

Je n'accuse personne ! - Brigitte

Contactée, Maryse Delibie, la directrice de l'Ehpad, assure comprendre la colère de Brigitte. Elle explique cette situation par la désertification médicale sur le territoire et l'absence de médecin coordinateur dans l'Ehpad de la Roche-Chalais : "Je n'en ai plus depuis deux ans et il est difficile de recruter". Un médecin coordinateur aurait pu, par exemple, expliquer aux aides-soignants les mesures à prendre pour soulager Maurice.

De nouvelles mesures au sein l'Ehpad ?

Mme Delibie va mettre en place un isolement de 23 jours au lieu de 15 pour les résidents contaminés et maintient les visites de famille pour les personnes âgées qui ne sont atteintes du virus. Des visites "très encadrées" dit Maryse Delibie. 

L'établissement fait face à une progression fulgurante du Covid-19 depuis la fin du mois de novembre : 38 personnes ont été contaminées depuis le début de la crise sanitaire, salariés compris. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess