Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Abattoir de Ribérac : "L'Etat sera là pour accompagner" dit le ministre de l'agriculture sur Bleu Périgord

-
Par , France Bleu Périgord

Le ministre de l'agriculture Julien Denormandie était l'invité exceptionnel de France Bleu Périgord ce vendredi matin. Pour parler de la mise en place de la plateforme fraisetlocal.fr mais il a aussi évoqué la rétribution des agriculteurs et le sort de l'abattoir de Ribérac

Le ministre de l'agriculture, Julien Denormandie
Le ministre de l'agriculture, Julien Denormandie © Maxppp - Maxppp

Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie était l'invité exceptionnel de France Bleu Périgord ce vendredi matin. Il est d'abord revenu sur un dossier sensible en Dordogne, la fermeture de l'abattoir de Ribérac, pourtant ouvert depuis plus de 60 ans. Il est en liquidation judiciaire, ce qui va supprimer 18 emplois. Et faire disparaître un outil de production pour les éleveurs du coin.

"C'est une très mauvaise nouvelle. Je pense aux salariés et aux éleveurs" dit le ministre. "Il y a des projets territoriaux, avec des élus et des éleveurs. Et moi Etat je serai là pour les accompagner dans le cadre du plan de relance il y a des financements importants pour accompagner les abattoirs territoriaux aux plus près de nos territoires. Parce que c'est notre identité" dit le ministre.

Inteview du ministre Julien Denormandie sur France Bleu Périgord

Le ministre est ensuite revenu sur l'ouverture de la plateforme internet "fraisetlocal.fr" lancée par le gouvernement pour permettre de trouver rapidement les producteurs proches de chez vous. Déjà plus de 8.000 producteurs français y sont inscrits. C'était un besoin en ces temps de Covid pour les consommateurs de se rapprocher de la production locale dit Julien Denormandie : "On le voit chacun dans nos habitudes de consommation. Mais les études des comportements de consommation le montrent. Il y a un engouement pour les produits locaux. Et cela s'explique, car comme disait Hippocrate, le premier médicament, c'est l'alimentation. Et les produits locaux sont les meilleurs pour notre santé alimentaire" explique-t-il.

"J'ai donc souhaité que les Français puissent avoir accès facilement à tous les producteurs. La plateforme permet de visualiser en un clic où aller" dit le ministre de l'agriculture. 

Rémunération des agriculteurs

Le ministre est aussi revenu sur la colère des agriculteurs, périgourdins notamment, pour demander une juste rémunération pour leur production. Une réunion a eu lieu ce jeudi en préfecture de la Dordogne. Les syndicats agricoles ont demandé que les grandes surfaces et les industriels jouent le jeu et respectent la loi EGAlim censée garantir un prix suffisant aux agriculteurs. 

"Je vous confirme, cela reste compliqué. Certains ne jouent pas le jeu. Aujourd'hui, on voit encore la grande distribution ou certains transformateurs qui ne respectent pas encore la loi. Donc on durcit le ton et il y a une chose que ceux qui ne veulent pas respecter la loi comprennent, ce sont les contrôles. Donc un multiplie les contrôles par la répression des fraudes puis le sanctions pour faire en sorte que chacun joue le jeu" explique Julien Denormandie.

Enfin le ministre est revenu sur l'épidémie de grippe aviaire, qui semble se calmer, mais qui a fortement touché le sud-ouest et notamment les Landes. Il a confirmé qu'il n'y avait pas de cas pour l'instant en Dordogne. Et il a réagi aux critiques de la Confédération paysanne notamment qui demande d'éviter les abattages systématiques des animaux par précaution. "Ce n'est jamais par gaieté de cœur, que vous donnez instruction d'abattre autant de canards. Ce sont des drames pour les éleveurs. Ce sont des décisions très difficiles, et si elles sont prises, c'est parce que c'est le seul moyen de contenir l'influenza aviaire" estime le ministre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess