Société

Divagation animale : un projet de fourrière en plaine orientale

Par Hélène Battini, France Bleu RCFM lundi 24 octobre 2016 à 9:19

Vache en divagation (Corse)
Vache en divagation (Corse) - Jean-Paul Luciani

Une grande fourrière animale pour canins, félins et bovins pourrait voir le jour d'ici quelques mois à Aleria.

C'est en tout cas le projet ambitieux de Corsica Fibbia. Le groupe de cinq jeunes éducateurs canins de la région bastiaise, souhaite monter de toute pièce une structure capable d'accueillir plus d'une centaine d'animaux en divagation. Ses fonctions seraient multiples : capture, refuge, club d'éducation canine et même atelier pour les scolaires. La vocation de cet équipement pourrait être régionale, si les communes jouent le jeu en participant aux frais de fonctionnement. A l'origine de ce projet, Guillaume Grenier, éducateur canin de formation, il estime que ce type de structure manque considérablement à la Corse et permettrait d'agir efficacement sur la divagation animale.

« Actuellement les bénévoles qui s’occupent des captures sont des bénévoles d’associations animales ou les pompiers qui ne sont pas habilités, nous ce qu’on propose c’est de le faire de manière professionnelle avec des professionnels formés pour ça avec du matériel et des véhicules validés et destinés à ça. Le faire de manière vraiment officiellement propre. Non seulement on s’occupe de la capture, on s’occupe donc de la partie fourrière / accueil durant les délais légaux qui sont généralement de huit jours, après on a également la partie refuge qui permet d’éviter l’euthanasie. C’est un grand centre qui va regrouper chiens, chats et bovins, qui à la base étaient en état de divagation. Donc pour ceux qui seront identifiés, les propriétaires viendront les récupérer et pour ceux non identifiés, on va tout faire pour qu’ils aient une identification et soient confiés à des propriétaires, que ce soit pour les chiens et chats à des familles, ou pour les bovins à des agriculteurs de manière à éviter une mort quasi obligatoire et systématique dans ce genre de structure habituellement. »

Guillaume Grenier, éducateur canin, responsable Corsica Fibbia.

Objectif de Corsica Fibbia: convaincre les collectivités locales et les maires de Corse d'investir pour la création de leur structure. La communauté de communes de l'Oriente leur met déjà un terrain à disposition dans la plaine d'Aleria. Concrètement, comment pourra fonctionner la structure de Corsica Fibbia ? Avec quels financements et pour quel prix ? La réponse de Guillaume Grenier.

« Le fonctionnement est simple, chaque commune va payer en fonction du nombre d’habitant. Chaque commune met un petit peu, on arrive du coup à financer cette structure entièrement gratuite pour tous les habitants. Ça équivaut à 3.05/ 3.10 euros par habitant, quand on voit que les impôts locaux sont à 1250 euros, 3 euros là-dessus c’est vraiment pas grand-chose et grâce à ça on va pouvoir sauver des vies, éviter de nombreux accidents et enfin éradiquer ou en tout cas concrètement agir sur le problème de la divagation et de l’errance animale insulaire. Actuellement plusieurs communes nous suivent, on est en contact avec plusieurs. Le groupement de commune le plus actif pour l’instant est la communauté de communes de l’Oriente qui en plus nous alloue un terrain…le projet est généralement bien accueilli, maintenant le pas pour qu’il soit validé de la part des élus est plus complexe... »

Guillaume Grenier, éducateur canin , membre de Corsica Fibbia.

A l'heure où l'errance et la divagation animale devient de plus en plus problématique dans l'île, les solutions proposées par Corsica Fibbia aurait des chances d'aboutir. Pour passer du projet au concret, l’association doit pouvoir compter sur un accompagnement financier des communes, une sorte de délégation de service public. L’équipement dont les services seraient totalement gratuits pour les contribuables et dont la construction est donc prévue à Aleria devrait coûter au moins 500.000 euros. Un investissement qui pourrait peut-être permettre de réguler davantage la divagation animale.

Partager sur :