Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Treize résidents d'un foyer pour handicapés contaminés au coronavirus à La Tour-du-Pin

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu
La Tour-du-Pin, France

On parle beaucoup des mesures prises dans les Ehpad pour lutter contre la propagation du coronavirus, mais les foyers d'accueil de personnes handicapées ne sont pas épargnés. À La Tour-du-Pin (Isère), le père d'un résident fait part de ses craintes après la contamination de plusieurs résidents.

Foyer Allagnat La Tour du Pin / capture d'écran film AFIPH VIVRE EN FOYER D'HEBERGEMENT AUX FOYERS DU NORD ISERE
Foyer Allagnat La Tour du Pin / capture d'écran film AFIPH VIVRE EN FOYER D'HEBERGEMENT AUX FOYERS DU NORD ISERE - Chaine Afiph officielle @YouTube

À l'origine, il y a l'inquiétude bien compréhensible d'un père : Michel Verdel a un fils, aujourd'hui adulte, souffrant de handicap mental, qui  depuis vingt ans dort les soirs de semaine dans le foyer Allagnat à La Tour-du-Pin (Isère), tout en travaillant le jour dans un Esat (Etablissement et service d'aide par le travail) à proximité. Mais depuis le début du confinement, Michel Verdel a décidé de reprendre son fils chez lui. "Parce que je n'étais pas sûr et certain qu'il serait en toute sécurité là-bas" confie-t-il à France Bleu Isère.

Ecoutez le reportage de France Bleu Isère

Un pressentiment qui s'est révélé fondé puisque justement, il y a un mois, trois résidents du foyer ont été diagnostiqués positifs au coronavirus, ainsi que trois personnels de l’établissement. Les trois résidents ont été soignés et confinés dans leur chambre sur avis médical le temps de leur guérison et de la "quatorzaine" réglementaire. "Ce qui est plutôt positif pour eux car ça signifiait qu'ils n'avaient pas besoin de réanimation ou de dispositif sanitaire lourd" explique Christophe Hertereau, directeur de la coordination territoriale de l'Afiph, l'association qui gère ce centre. Un malade a toutefois du être hospitalisé à Bourgoin-Jallieu pendant deux jours, avant de regagner le centre pour la suite de sa convalescence.

Tous les résidents ont été testés par l'ARS

Informée de la situation, l'agence régionale de santé (ARS) a ordonné un dépistage complet de l'établissement. Le bilan a été communiqué ce jeudi 7 mai, il indique dix autres cas positifs : cinq résidents ont développé une forme asymptomatique et cinq résidents ont déclenché à leur tour des symptômes. Ils sont désormais confinés.

"La précaution d'avoir confiné les malades en chambre n'est pas suffisante. Il n'y a pas dans cet établissement les moyens de protection qu'on trouve dans les hôpitaux." 

Dans un courrier envoyé à l'ARS et à la direction de l'Afiph, Michel Verdel, qui se confie à France Bleu Isère, explique qu'il aurait préféré qu'on mette les malades en "quatorzaine" ailleurs. "La précaution d'avoir confiné les malades en chambre n'est pas suffisante. Il n'y a pas dans cet établissement des personnels spécialisés, il n'y a pas les moyens de protection qu'on trouve dans les hôpitaux ou les établissements adéquats." 

"Ce n'est pas l'Afiph qui décide des protocoles de prise en charge des malades, ni des soins qu'il convient de leur apporter, ce sont les médecins."

La décision qui a été prise répond pourtant à la réglementation en vigueur, la même que celle qui prévaut dans les Ehpad : un confinement des malades en chambres pendant au moins 14 jours. "Ce n'est pas l'Afiph qui décide des protocoles de prise en charge des malades, ni des soins qu'il convient de leur apporter, ce sont les médecins" explique Christophe Hertereau, qui reconnait toutefois comprendre l'inquiétude des familles vue le contexte.

L'Afiph héberge actuellement 1500 résidents dans une trentaine de centres restés ouverts malgré le confinement en Isère. Ses personnels sont équipés de masques, de sur-blouses, de gel hydroalcoolique et doivent respecter un parcours pour entrer et sortir des établissements. Les cas de Covid-19 détectés à La Tour-du-Pin sont les seuls que l'association a eu à connaître jusqu'à présent. De son coté Michel Verdel a décidé de ne pas remettre son fils dans l'établissement pour le moment.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu