Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Notre-Dame-des-Landes : "Il y a différentes manières de faire respecter la loi" (Guillaume Gontard, sénateur)

vendredi 13 avril 2018 à 8:54 Par Élise Martin et Nicolas Crozel, France Bleu Isère

Guillaume Gontard, sénateur divers gauche de l'Isère, fait partie des signataires de l'appel lancé sur Mediapart. Il dénonce les moyens démesurés employés pour expulser les ZADistes encore présents à Notre-Dame-des-Landes.

La route départementale D281, qui permet l'accès à Notre-Dame-des-Landes. © Maxppp -
La route départementale D281, qui permet l'accès à Notre-Dame-des-Landes. © Maxppp - © Maxppp - Franck Dubray/Ouest-France

Notre-Dame-des-Landes, France

"Nous demandons l’arrêt immédiat des interventions policières et l’ouverture d’un vrai dialogue qui permette dans le respect de la loi l’élaboration de conventions individuelles, mais aussi collectives, d’occupation des terres de Notre-Dame-des-Landes. [...] Il faut faire respecter la loi, mais il y a différentes manières de le faire" réclame, entre autres, Guillaume Gontard, sénateur divers gauche de l'Isère dans une tribune publiée sur Mediapart jeudi soir. Sur l’arrêt des expulsions, il semble que les signataires aient été entendus. Nicolas Hulot annonce en effet que la "première phase" des opérations est terminée, le ministre lance un appel à discuter avec les paysans qui vivaient sur la ZAD.

Mais n'est ce pas trop tard ? Le sénateur s'insurge des manières employées pour évacuer les personnes encore sur place à Notre-Dame-des-Landes.  Depuis lundi, le gouvernement a fait appel à 2 500 gendarmes pour déloger les occupants de la Zone d'aménagement différé, devenue "zone à défendre" (ZAD).

 Guillaume Gontard, sénateur de l'Isère - Aucun(e)
Guillaume Gontard, sénateur de l'Isère - © Sénat

"Je voudrais souligner l’incohérence et l'absurdité de cette situation : est-ce que c’est logique d’envoyer 2500 gendarmes pour déloger quelques paysans alors qu’on était en phase de concertation ?" — Guillaume Gontard, sénateur divers gauche de l'Isère

Guillaume Gontard évoque également l'évolution des modes de vie dans cet espace en 50 ans de présence. La ferme des "cent noms", lieu emblématique de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, en est l'illustration. C'est ce qu'explique le texte de Mediapart : "Au prétexte du respect de l'"État de droit", des femmes et des hommes qui cultivaient la terre et pratiquaient l'élevage ont été délogé.e.s de leur lieu d'activité et de vie."

"Il y a à réfléchir sur un nouveau rapport à la terre, à l’agriculture. Il y a des gens qui se sont installés, des paysans qui cultivent. On passe à une nouvelle phase et ça mérite une discussion, et surtout pas d’envoyer 2500 gendarmes." — Guillaume Gontard, sénateur divers gauche de l'Isère

Les sénateurs de l'Isère - Radio France
Les sénateurs de l'Isère © Radio France - Denis Souilla