Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Don d'organes : Richard Berry a sauvé la vie de sa sœur en 2005

-
Par , France Bleu Paris

Depuis 2005, l'OMS a promulgué la journée mondiale du don d'organes et de la greffe. Elle se tient chaque année le 17 octobre.

-

Paris, France

L'angoisse de l'attente

Des milliers de patients subissent toujours l'angoisse de l'attente, alors qu'on sait que chaque jour passé sur la liste dans l'espoir d'une greffe est une perte de chance. 

Chaque jour, des hommes, des femmes et des enfants meurent faute d'avoir pu être transplantés à temps, alors que la médecine aurait été en mesure de les sauver. On dénombrait 590 patients dans ce cas en France, en 2017.

Une pratique bien encadrée

En France, le don d'organes et de tissus est régi par les lois de bioéthique. Elles sont soumises à trois grands principes : le consentement présumé, la gratuité du don et l’anonymat entre le donneur et le receveur.

Le 28 septembre, Déborah Grunwald recevait Richard Berry dans son émission Dans le rétro.

Richard Berry qui, en 2005, a donné un rein à Marie, en insuffisance rénale terminale. Une opération sérieuse qui a sauvé la vie de sa petite sœur.

Après de nombreuses analyses qui ont duré 6/7 mois, un passage obligatoire au comité « donneur vivant » qui s’assure qu’il n’a subi aucune pression et un face-à-face avec un juge au tribunal qui lui rappelle les risques, l’opération a pu avoir lieu à l’hôpital Necker sous la direction du Pr Arnaud Méjean.

Par cette action, Richard Berry confie s’être débarrassé d’une certaine culpabilité du bien-portant, de celui qui a tous ses moyens physiques face à une sœur handicapée depuis la naissance.

J’ai essayé de lui montrer que ce n’était rien, qu’on vivait bien avec un seul rein bien que ça me faisait flipper quand même.

La peur, il l’a surtout ressentie en sortant du tribunal après avoir répondu à cette question : « Est-ce que vous acceptez l’idée que vous pouvez mourir ? » car comme il le rappelle en donnant un organe on fait le choix de sa faire opérer alors qu’on est en excellente santé. 

Mais Richard Berry n’a jamais hésité, c’était la seule solution pour sauver sa sœur.

Richard Berry raconte son expérience du don d'organes

Depuis 2005, Richard Berry est le parrain de l’AIRG, l’association pour l’information et la recherche sur les maladies rénales génétiques 

« Dans le retro », tous les samedis à 19h sur France Bleu Paris

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu