Société

DONNEZ VOTRE AVIS | Viande rouge, charcuterie, allez-vous continuer d'en manger ?

Par Marion Aquilina, France Bleu Bourgogne mardi 27 octobre 2015 à 17:41

Frédérique, boucher chez le traiteur Poitrey à Dijon.
Frédérique, boucher chez le traiteur Poitrey à Dijon. © Radio France - Jacky Page

Selon une étude de l'Organisation Mondiale de la Santé dévoilée ce lundi, la charcuterie serait cancérigène. Idem pour la viande rouge. Faut-il arrêter de manger des entrecôtes et du jambon persillé ?

Mauvaise nouvelle pour les amateurs de viande. L'Organisation Mondiale de la Santé a publié ce lundi une étude qui classe la viande rouge parmi les produits "probablement cancérogènes" et la charcuterie parmi les "cancérogènes". Il ne s'agit pas de bannir la viande des assiettes, simplement de ne pas en abuser

Pas aussi dangereux qu'un paquet de cigarettes

Basée sur 800 rapports, l'étude montre que manger beaucoup de viande transformée favorise le risque de cancer colorectal. Chaque portion de 50 grammes de viande transformée que l'on mange chaque jour augmente le risque de cancer colorectal de 18% selon les experts. La charcuterie fait donc partie du groupe des produits cancérogènes pour l'homme comme le tabac et le plutonium. Avec un impact quand même différent. Les régimes trop riches en rosette et pâté de campagne seraient responsables de 34 000 décès par cancer chaque année, contre un million de décès imputables au tabac et 600 000 à la consommation d'alcool.

Choix de charcuterie chez le traiteur Pierre Poitrey à Dijon. - Radio France
Choix de charcuterie chez le traiteur Pierre Poitrey à Dijon. © Radio France - Jacky Page

Pour la viande rouge, le lien est moins évident. D'après l'étude, une consommation excessive de steaks pourrait augmenter le risque de développer les cancers colorectaux,  du pancréas et de la prostate. Ce n'est pas tant manger de la viande qui est dangereux pour la santé, c'est surtout si on en mange trop. Il revient donc à chacun de gérer sa consommation et aux gouvernements nationaux de mener des études de risques en soupesant les avantages et les inconvénients.

Pas de panique

Depuis ce lundi chez les bouchers-charcutiers, les clients n'arrêtent pas de parler de cette nouvelle étude de l'OMS. "Que peut-on encore manger ?", "À ce rythme là, on va tous devenir végétariens", "On ne va pas s'arrêter de manger de la viande, si on écoute toutes ces études on ne mange plus rien." À Dijon, à la boucherie-charcuterie Poitrey on n'est pas plus inquiet que ça. Frédérique, boucher : " La viande est très bonne pour la santé, il ne faut pas en abuser. C'est aussi une question de cuisson sachant que le bœuf ça se mange rosé et non bien cuit." Pour eux, il faut faire attention à "ne pas faire cramer le beurre ou l'huile qu'on utilise quand on fait cuire une viande, c'est ce qui amène les graisses saturées et ça ce sont des graisses cancérigènes." Pas la peine pour la boucherie-charcuterie traiteur dijonnaise de céder à un mouvement de panique.

Frédérique, boucher à Dijon.

>>> VOIR AUSSI 

L'étude (en anglais) publiée ce lundi par l'OMS

Une infographie France Bleu pour savoir comment remplacer la viande dans son alimentation

► Viande rouge, charcuterie, allez-vous continuer d'en manger ? Témoignez sur Facebook et Twitter et ce mercredi dès 7 heures au 0380421515