Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dordogne : 35 réfugiés font leurs adieux à la cité Clairvivre

lundi 30 juillet 2018 à 22:43 Par Charles De Quillacq, France Bleu Périgord

Ils étaient pour la plupart arrivés en mars dernier. Les 35 réfugiés accueillis à la cité Clairevivre de Salagnac vont être relogés dans plusieurs communes en Dordogne. Un changement que certains d'entre eux appréhendent.

35 réfugiés ont été accueilli pendant quatre mois
35 réfugiés ont été accueilli pendant quatre mois - Cité Clairvivre

Clairvivre, Salagnac, France

Ils sont arrivés en mars dernier en provenance du Tchad.  35 réfugiés sont logés depuis quatre mois à la cité Clairvivre de Salagnac dans l'est du département. Arrivés légalement en France ils font partie d'un programme d'intégration en lien avec le Haut commissariat aux réfugiés. Objectif : 10.000 demandeurs d'asile accueillis d'ici 2019.  A Clairvivre, six familles issues de camps de réfugiés ont été prises en charge. 

Relogés dans la région

Après quatre mois, c'est l'heure du départ. Tous vont être relogés dans différentes communes de la région. Trois familles à Nontron, une autre à Thiviers mais aussi à Terrasson et en Haute-Vienne. Certains craignent cependant ce changement. Monssour et sa famille vont aménager dans un HLM à Nontron : "J’appréhende de vivre seul avec ma famille dans cette commune. A Clairvivre on est pris en charge. Là bas, j'ai peur d'être loin de tout, d'être isolé."

Objectif : s'installer dans une grande ville 

Parmi les 35 demandeurs d'asile, beaucoup n'imaginent par leur futur en Dordogne. Difficile d'y trouver du travail et de s’intégrer. La majorité d'entre eux a pour objectif de s'installer dans une grande ville comme Bordeaux, Lyon ou Paris. Un souhait compréhensible pour Jean-François Amadou, le directeur de l'Etablissement public départemental Clairvivre."Ils nous sont très reconnaissants de les accueillir mais ils préfèrent être près d'un réseau, d'une communauté de compatriotes déjà établie en France, c'est humain, il faut le comprendre." 

D'ici neuf mois, tous ces réfugies d’Afrique subsaharienne seront autonomes. Ils auront un permis de séjour de 10 ans et le choix de s'installer ou non en Dordogne.