Société

Dordogne : 50% des tués sur les routes sont des seniors

Par Marie-Sylvie Prudhomme, France Bleu Périgord mardi 13 septembre 2016 à 13:29

Depuis le début d'année les seniors représentent plus de la moitié des morts sur les routes en Dordogne-photo illustration
Depuis le début d'année les seniors représentent plus de la moitié des morts sur les routes en Dordogne-photo illustration © Maxppp - Maxppp

Ce début d'année est le plus mauvais sur les routes de Dordogne en matière de mortalité routière depuis 2007. Les seniors représentent plus de 50% des morts alors qu'ils ne constituent qu'un tiers de la population.

Les chiffres de la mortalité routière ne sont pas bons depuis le début de l'année en Dordogne. La préfète, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc, a annoncé ce mardi matin "qu'il s'agissait de la plus mauvaise année dans le département depuis 2007". On enregistre 33 tués sur les routes de Dordogne depuis le 1er janvier. Parmi les sujets les plus préoccupants, il y a la surmortalité des seniors. Selon les chiffres de la préfecture, les seniors ( + de 50 ans) représentent plus de la moitié des morts sur les routes depuis le début de l'année alors qu'ils ne représentent que 30% de la population du département.

Prévention et sensibilisation en direction des seniors

Cela constitue une augmentation de plus de 16 points par rapport à l'année dernière. La préfète a donc décidé de renforcer les actions de prévention et de sensibilisation envers ces publics . La très grande majorité des victimes sont originaires du département et connaissent donc bien les routes. Selon Anne-Gaëlle Baiduin Clerc "l'âge des véhicule ne serait pas forcément  non plus un facteur explicatif". Pour la préfète " il faut faire prendre conscience aux conducteurs seniors des évolutions du code de la route".

Ne pas stigmatiser mais ne pas fuir la réalité

Mais dans ce département rural où la mobilité est un sujet sensible pour les personnes âgées, la représentante de l'Etat ne veut pas stigmatiser une partie de la population tout en précisant que " ce n'est pas une réalité que l'on doit fuir ou sous-estimer". Les seniors ajoute-t-elle " doivent prendre conscience des risques qu'ils peuvent prendre et des mesures qu'ils peuvent adopter".

La préfète compte donc solliciter les maires du département et les associations  pour aider l'Etat dans l'organisation d'actions de sensibilisation et de prévention envers les seniors, tout comme cela est déjà fait en direction des jeunes.