Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Dordogne : à Bergerac, les "gilets jaunes" distribuent de la soupe aux passants

samedi 29 décembre 2018 à 13:06 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord et France Bleu

Pour l'acte VII de la mobilisation des "gilets jaunes" ce samedi 29 décembre, les manifestants de Bergerac ont distribué de la soupe dans la rue. Un geste envers les plus démunis et qui visait à créer du lien avec les passants.

Les gilets jaunes ont distribué de la soupe rue de la Résistance.
Les gilets jaunes ont distribué de la soupe rue de la Résistance. © Radio France - Benjamin Fontaine

Bergerac, France

"Qui veut de la bonne soupe ? Ça réchauffe et c'est bon pour la santé !" Devant le chalet en bois installé au bout de la rue de la Résistance, Patricia et Christelle remplissent des gobelets de soupe. Ces deux "gilets jaunes" bergeracoises ont préparé trois grosses marmites de potage aux légumes et au potiron. Des légumes offerts pas les maraîchers de Bergerac.

Ce samedi 29 décembre, dès 7h30, les deux femmes étaient sur le pont. "C'est un moment de solidarité. Ça montre que nous ne sommes pas des casseurs mais que nous sommes des humains, que nous sommes le peuple et que nous agissons pour les plus pauvres," expliquent Patricia et Christelle. Les sans-abris du centre-ville ont même été invités à venir partager un peu de soupe.

Une vingtaine de "gilets jaunes" se sont rassemblés pour l'occasion. La majorité d'entre eux est mobilisée depuis le 17 novembre. Ensemble, ils ont défilé, tracté, filtré les ronds-points. "Il y a un petit coup de mou en ce moment, mais c'est normal, ce sont les fêtes. Les gens ont voulu se retrouver entre eux, mais en janvier ça va repartir," assure Francine, 56 ans. "Je veux le départ de Macron. Il nous enfume avec ses mesures. Personne n'y croit. Nous irons jusqu'au bout." 

Les gilets jaunes en ont profité pour faire signer leurs cahiers de doléances. - Radio France
Les gilets jaunes en ont profité pour faire signer leurs cahiers de doléances. © Radio France - Benjamin Fontaine

Difficile de savoir ce qu'est ce "bout". Les moyens de pression semblent désormais limités. "Nous sommes malins nous allons trouver," ajoute Francine. En attendant, les "gilets jaunes" ont sorti leurs cahiers de doléances et leurs listes de propositions pour plus de justice sociale, plus de justice démocratique et de justice écologique. "Je les soutiens. Ils auront de continuer un combat qui est juste. Aujourd'hui trop de personnes n'arrivent plus à boucler les fins de mois. Ce n'est pas normal dans ce pays," explique Patrick, un passant.

Parmi les revendications, il y a aussi le fameux R.I.C., le référendum d'initiative citoyenne. Il doit redonner plus de pouvoir au peuple français et modifier la Constitution. Certains vont même jusqu'à demander la destitution du Président de la République.