Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dordogne : à compter du 1er mars, tout brûlage de végétaux est interdit dans les jardins

-
Par , France Bleu Périgord

A compter du 1er mars, pour limiter la pollution de l'air et prévenir tout risque d'incendie, tout brûlage de végétaux est interdit dans les jardins de Dordogne. L'arrêté préfectoral en date du 5 avril 2017 prévoit une amende de 135 euros pour ceux qui ne le respecteraient pas.

Chaque année, malgré leur interdiction, les écobuages sont à l'origine de nombreux incendies (illustration)
Chaque année, malgré leur interdiction, les écobuages sont à l'origine de nombreux incendies (illustration) © Maxppp - Maxppp

Périgueux, France

La mesure est peu connue, et souvent peu respectée. Un arrêté préfectoral en date du 5 avril 2017 réglemente de façon précise les feux de végétaux  et les écobuages en Dordogne. S'ils sont tolérés, sous réserve de déclaration en mairie et de dérogation, du 1er octobre aux derniers jours de février, tout brûlage est rigoureusement interdit dans les jardins et les champs du 1er mars  au 30 septembre

Pour préserver la qualité de l'air et prévenir les risques d'incendie.

"Nous arrivons dans une période où la végétation n'a pas encore redémarré" explique le commandant Christophe Magnanou, chef du groupement opérationnel du SDIS de la Dordogne. "Au vu des conditions météo que nous avons en ce moment elle va sécher et va devenir de plus en plus propice à l'éclosion des incendies". Les feux de broussailles et de forêts sont d'ailleurs fréquents au printemps en Périgord.

Une mesure mal acceptée

Dans son jardin de La Douze, Michel ne comprend pas qu'on lui interdise de brûler des végétaux sur son terrain. "Voila 50 ans que j'habite ici" soupire-t-il, voila 50 ans que je coupe régulièrement des arbres. que je fais brûler quelques branches, je ne pense pas polluer la planète, ni mettre le feu nulle part, je fais attention. Je trouve que nous perdons tous les jours des libertés individuelles poursuit-il. Et il faudrait que çà s'arrête". 

"C'est vrai que la mesure est difficilement acceptée", reconnaît Vincent Lacoste, le maire de La Douze. "Cela fait des siècles que l'on brûle nos déchets dans les jardins voire quelques papiers dans les incinérateurs de particuliers, et effectivement l'application de la loi et de la règle est difficile à passer. Il y a les moeurs et les habitudes, et puis transporter les végétaux et les résidus de broyage peut s'avérer problématique pour les personnes qui n'ont pas forcément les moyens d'avoir des remorques ou des camions pour les enlever".

Le non-respect de l'arrêté vous expose à une amende de 135 euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu