Société

Dordogne : c'est la saison des hérissons orphelins

Par Caroline Pomès, France Bleu Périgord vendredi 26 août 2016 à 18:55

Noëlle et Anne-Marie ont récupéré trois hérissons dans le jardin à La Cabane
Noëlle et Anne-Marie ont récupéré trois hérissons dans le jardin à La Cabane © Radio France - Caroline Pomès

Le nombre de hérissons et d'animaux sauvages tués sur les routes augmente fortement l'été. Derrière eux, ils laissent des bébés orphelins qui ne trouvent pas refuge en Dordogne, où il n'y a aucun centre de soins

Noëlle Drillon et Anne-Marie Vathonne de La Cabane, près de Mussidan, ont trouvé ce dimanche un hérisson dans leur jardin, puis deux puis trois. Et sur la départementale qui longe leur maison, elles ont trouvé le cadavre de la mère. Ce genre de situation arrive très souvent. Faons, hérissons, renardeaux, fouines... De nombreux animaux sauvages se font tués sur les routes. Et le nombre augmente en été car c'est la saison des naissances. Ils se font également prendre dans les lames de tondeuses et se font intoxiquer par les insecticides que nous mettons sur nos plantes.

Le hérisson peut boire du lait maternel mais la tétine ne doit pas être trop grosse  - Radio France
Le hérisson peut boire du lait maternel mais la tétine ne doit pas être trop grosse © Radio France - Caroline Pomès

Et pour ceux qui les récupèrent ce n'est toujours pas évident d'avoir les bons gestes. Pour ces trois hérissons Anne Marie s'est renseignée sur internet. " Au début je lui ai donné du lait de vache mais en fait ça peut les tuer ". Pour les bébés hérissons il faut privilégier du lait maternel. " Ils adorent les croquettes pour chat par contre ", constate Anne-Marie devant un des hérissons qui dévorent les croquettes pilées avec soin. C'est normal, les hérissons sont omnivores. Ils peuvent même manger des poussins !

Mais pour cette retraitée, garder ces hérissons d'à peine 100 grammes chacun est vite devenu compliqué. D'abord il est interdit d'avoir un animal sauvage chez soi et puis surtout, explique-t-elle : " on est très vite désemparé ". Les deux voisines ont effet construit un abri de fortune aux bébés hérissons : un carton avec des feuilles et des brindilles du jardin. Mais il faut qu'ils aient assez chaud donc elle a confectionné une bouillotte a partir d'une bouteille d'eau et d'une chaussette.

Cet hérisson orphelin pèse pas plus de 100 grammes - Radio France
Cet hérisson orphelin pèse pas plus de 100 grammes © Radio France - Caroline Pomès

Zéro prise en charge

Au bout de quatre jours, les voisines ont enfin trouvé quelqu'un pour les prendre mais ça été compliqué. En Dordogne, il n'y aucun centre de soins pour animaux sauvages. Mais Anne-Marie et Noëlle ont trouvé Alexa Tamarelle, assistante vétérinaire à Saint-Astier. Elle fait partie du petit groupe de bénévoles qui s'est créé dans le département. Ils font le relais avec les centres de soins les plus proches. Il y en à trois, un en Charente, un en Gironde et un dans le Lot-et-Garonne. Et tout ça à leurs frais. Il n'y a aucun financement. Et ça énerve Alexa qui récupère les bêtes depuis 22 ans dans la région.

  " Ce sont des animaux comme les chats et chiens ! " - Alexa Tamarelle, assistante vétérinaire

" Il y a plein d'associations pour les animaux de compagnies. Il y en a même pour les chevaux ! Pourquoi ne pas en crée au moins un pour les animaux sauvages? " Elle y a déjà pensé mais il y a beaucoup trop de certificat à obtenir, " un par espèce " ! Elle y travaille mais en attendant, elle continuera à récupérer les animaux. " Je ne vais pas les remettre dehors, les laisser crever ! "

Partager sur :