Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus en Dordogne : les instituts de beauté pris d'assaut avec le déconfinement

Par

C'est l'un des métiers où la distanciation sociale est très difficile : celui d'esthéticien(ne). Pourtant, avec le déconfinement, un protocole sanitaire a été mis en place pour accueillir malgré tout les clients et clientes. Qui sont rapidement revenus dans les instituts de Dordogne

Loïc Jaoul avec son équipe de l'institut de beauté Carlance de Boulazac Loïc Jaoul avec son équipe de l'institut de beauté Carlance de Boulazac
Loïc Jaoul avec son équipe de l'institut de beauté Carlance de Boulazac - Loïc Jaoul

C’est l’un des métiers les plus « tactiles », où la distanciation physique et sociale est quasi impossible. Et pourtant, les esthéticiens et esthéticiennes ont bien repris le travail eux aussi. Les instituts de beauté ont rouvert partout en Dordogne, avec un protocole sanitaire strict. 

Publicité
Logo France Bleu

Soins du visage, manucure, épilation, les instituts du Périgord semblent pris d’assaut avec la réouverture. 

"Le premier jour de réouverture le lundi 11 mai, il y avait la queue devant le magasin" explique Loïc Jaoul, le gérant de l'institut Carlance de Boulazac, tout près de Périgueux.

Mais le protocole sanitaire est extrêmement strict : un parcours dans l'institut a été balisé, les cabines sont désinfectées après chaque cliente, du gel hydroalcoolique est disponible, l'attente en institut est désormais proscrite. Les tenues des salariés ont été ajustées. Le masque est obligatoire, ainsi que les visières pour certains soins.

Des soins désormais impossibles

Notamment pour le visage où la distanciation sociale est difficile à mettre en oeuvre.

"Dans tous les cas on a toujours le masque, plus une visière, et la cliente, elle va retirer son masque qu'elle va poser à un endroit précis, puis se désinfecter le visage avec une solution que l'on a, puis on va pouvoir lui faire le soin" explique Loïc Jaoul, qui explique avoir investi plus de 1000 euros pour mettre aux normes sont institut de beauté. 

Les clientes sont désormais prévenues par SMS quand de la place est disponible dans l'institut, pour ne pas avoir à attendre. Des kits de soins sont aussi vendus pour que les clients puissent aussi faire les soins directement chez eux.

Et puis il y a les soins devenus tout simplement impossibles à réaliser :

"L'épilation du nez c'est désormais impossible, tout comme le sillon inter-fessier" explique Loïc Jaoul.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu