Société

Dordogne : cette commune a perdu 68% de sa population en 50 ans

Par Morgane Schertzinger, France Bleu Périgord et France Bleu vendredi 8 janvier 2016 à 7:00

La commune de Nanteuil-Auriac-de-Bourzac compte aujourd'hui 210 habitants.
La commune de Nanteuil-Auriac-de-Bourzac compte aujourd'hui 210 habitants. © Radio France - Morgane Schertzinger - France Bleu Périgord

Elles sont quelques unes, les communes de Dordogne, à subir une baisse de leur démographie. C'est beaucoup le cas en Périgord vert et spécialement dans le bourg de Nanteuil-Auriac-de-Bourzac, à la limite de la Charente. En 50 ans, plus de la moitié de la population est partie.

La commune de Nanteuil-Auriac-de-Bourzac est un cas d'école. Alors que l'INSEE dévoile les populations légales pour l'année 2013, on apprend qu'en cinquante ans, ce bourg du Périgord vert a perdu 68% de sa population. **De 482 habitants en 1962, elle est passée aujourd'hui à  210, soit une baisse de 272 personnes.

"Dans le temps ici, c'était le rêve, c'était le rêve !** ", s'enthousiasme Paul Mallet, 80 ans. Ce retraité habite le bourg depuis 28 ans, à l'endroit même où il y avait encore un restaurant à l'époque. "Il y avait énormément de gens, il y avait encore un restaurant devant lequel il y avait des tables qui donnaient sur la rue et on organisait des courses cyclistes. Aujourd'hui, nous sommes vraiment esseulés."

Paul Mallet habite la commune depuis bientôt 30 ans.  - Radio France
Paul Mallet habite la commune depuis bientôt 30 ans. © Radio France - Morgane Schertzinger - France Bleu Périgord

Une population vieillissante 

Dans ce bourg d'un peu plus de 200 âmes aujourd'hui, la baisse de la population a été parfois assez raide et quasi continue. Si en 1962 Nanteuil-Auriac-de-Bourzac comptait 482 habitants, elle n'en comptabilisait déjà plus 412 en 1968, selon l'INSEE, soit 70 personnes de moins en à peine six ans. Cette érosion de la population s'est poursuivie dans les décennies suivantes : 384 habitants en 1975, 311 en 1982, puis 275 en 1990 et 252 en 1999. Une légère reprise s'amorce au recensement de 2008, où l'on chiffre la population à 281 habitants, avant de redescendre en 2013 à 210. 

On le voit de toute façon, on la voit la baisse de la population. Les seules maisons habitées sont aujourd'hui des personnes qui maintenant ont un âge certain, elles sont toutes parties presque en maison de retraite, sont décédées ou dans leur famille. Et c'est pour cela qu'il y a eu une dégringolade à l'avant dernier et au dernier recensement.

— Paul Mallet, 80 ans

Ce Charentais arrivé dans la commune périgourdine dans les années 1980, se souvient d'une époque où les commerces et les habitants donnaient vie à Nanteuil-Auriac-de-Bourzac. 

TÉMOIGNAGE | Paul Mallet a vu la commune changer en trente ans.

'Ici, il faut aimer la tranquilité"

Dans les rues du bourg, même en plein après-midi, il n'est pas évident de croiser un habitant. Les volets des maisons sont pour la plupart fermés, la commune accueillant bon nombre de résidences secondaires aussi, et peu de voitures la traversent. "On voit personne, personne. On s'enferme chez soi et puis voilà. C'est un peu triste mais c'est comme ça, avoue Jeanette Bassoulet, 62 ans. En venant à la mairie je n'ai vu personne, ici il n'y a personne et quand je vais repartir je ne verrai personne", insiste cette habitante qui a élu domicile à Nanteuil-Auriac-le-Bourg il y a quinze ans.

Mais les habitants ne sont pas pour autant malheureux, ce qu'ils viennent chercher ici c'est avant tout du calme. "La tranquillité il n'y a que ça. Il n'y a pas de bruit de machine, ici la nuit on dort les fenêtres ouvertes en été, on entend les oiseaux... c'est formidable", sourit Paul Mallet qui aime profiter des chemins périgourdins pour parcourir des dizaines de kilomètres sur son vélo.

"Les gens s'installent là où il y a du travail"

Pour le maire de Nanteuil-Auriac-de-Bourzac, commune née en 1973 de la fusion de Nanteuil-de-Bourzac et d'Auriac-de-Bourzac, cette baisse de la démographie s'explique par l'absence d'activité économique dans le coin. "Les gens s'installent là où il y a du travail. Et il n'y a qu'une entreprise [de transport] sur la commune, ce n'est pas suffisant", explique-t-il. Lui-même, "l'enfant du pays" comme il le dit, a quitté le bourg à 22 ans pour travailler à Paris. Il est revenu au début des années 2000 au moment de la retraite.

Guy Nadal est le maire de la commune depuis 2014. - Radio France
Guy Nadal est le maire de la commune depuis 2014. © Radio France - Morgane Schertzinger - France Bleu Périgord

Les gens partent parce qu'il n'y a pas d'entreprise et les fermes sont moins nombreuses, elles augmentent en hectares avec les remembrements. Alors il n'y a plus personne. Il faudrait des usines qui se remontent dans nos campagnes.

— Jean-Paul Grégoire, 66 ans, retraité agricole habitant de la commune

Depuis juin 2014, Nanteuil-Auriac-de-Bourzac n'a plus d'école non plus. L'inspection académique a retiré le seul poste d'institutrice qui existait à l'école primaire du village, où 18 enfants étaient scolarisés. 

Trois nouveaux logements en construction

Pour palier la baisse démographique que subit la commune depuis cinquante ans, le maire lance des chantiers de rénovation de logements"A côté de l'Eglise, on a un gros bâtiment de la commune où dans le temps il y avait la mairie et la poste, maintenant fermée. Donc on a décidé d'y faire trois logements. Les travaux vont commencer fin janvier et devraient durer jusqu'à octobre. Ce seront des petits appartements", commente-t-il. 

Trois nouveaux logements vont être installés dans cette bâtisse. - Radio France
Trois nouveaux logements vont être installés dans cette bâtisse. © Radio France - Morgane Schertzinger - France Bleu Périgord

Cette expérience, Guy Nadal l'a déjà tentée du côté d'Auriac-de-Bourzac, l'autre partie de la commune. Là-bas, quatre logements neufs on déjà été construits et loués à des personnes travaillant en Charente ou non loin du bourg. "On va continuer à faire du logement pour peut-être faire baisser nos impôts..., sourit le maire. _Et  puis, surtout, comme ce sont de jeunes gens, ils nous feront peut-être des bébés, ce qui fera augmenter notre population...". _La réponse on l'aura au prochain recensement.

REPORTAGE | Dans le bourg de Nanteuil-Auriac-de-Bourzac

Partager sur :