Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dordogne : "Je dois vivre avec 800 euros par mois" les retraités agricoles inquiets pour leurs retraites

vendredi 17 novembre 2017 à 20:27 Par Manon Derdevet, France Bleu Périgord

Plusieurs centaines de retraités agricoles se sont rassemblés ce vendredi matin au Palio de Boulazac pour le congrès annuel de l'association départementale des retraités agricoles (ADRAD). Au centre des discussions, la hausse des retraites.

L' Association des retraités agricoles compte 5.000 membres en Dordogne
L' Association des retraités agricoles compte 5.000 membres en Dordogne © Radio France - Manon Derdevet

Dordogne, France

La Palio au coeur des revendications des retraités agricoles le temps d'une matinée. Ce vendredi matin près de mille retraités agricoles se sont réunis pour l'annuelle assemblée générale de l'ADRAD. Cette année comme depuis longtemps, la hausse des retraites était la première revendication.

5.000 agriculteurs retraités adhèrent à l'association départementale des retraités agricoles. Beaucoup d'entre eux, vivent dans une grande précarité. Actuellement un ancien chef d'exploitation ne touche que 75% du SMIC, soit un peu plus de 800 euros par mois. L'association demande que cette pension soit rehaussée à 85% du SMIC.

La majorité des agriculteurs retraités en dessous du seuil de pauvreté

Une situation qui pèse sur le quotidien des anciens agriculteurs. "Je dois vivre avec 800 euros par mois. C'est en dessous du minimum vieillesse. Dans la vie quotidienne ça implique de se priver de sorties mais aussi de tous les petits plaisirs, on ne peut que rester chez soi et attendre que le temps passe" explique Claude, viticulteur à la retraite.

Mais la situation est pire pour les femmes. En moyenne les agricultrices retraitées ne gagnent qu'un peu plus de 500 euros par mois. Une inégalité qui résulte des différences de cotisations alors même que leur charge de travail était identique à celle des hommes.

"On attend un effort de monsieur Macron" Claude

Beaucoup de membres de l'ADRAD ne seront pas impactés par les réformes de la CSG (contribution sociale généralisée) prévue par le gouvernement. "La hausse de la CSG va amputer des retraites à partir de 1.200 euros. Dans le monde agricole, peu de personnes gagnent cette somme à la retraite" déplore Claude.

Mais les retraités agricoles périgourdins ne désespèrent pas et espèrent qu'Emmanuel Macron prenne leurs revendications en compte. "On attend un effort de monsieur Macron". Dans le cas contraire, ils n'excluent pas d'aller demander une hausse de leur pension directement dans la rue.