Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dordogne : les adieux amers des salariés de Gascogne Bois à leur usine

mercredi 29 novembre 2017 à 14:40 Par Manon Derdevet, France Bleu Périgord

La scierie de Belvès de l'entreprise Gascogne Bois ferme officiellement ses portes ce mercredi. L'activité est délocalisée dans les Landes et au Portugal. Tous les employés se retrouvent donc sans emploi.

Une poignée de salariés est allé voir l'arrivée des camions portugais venus vider leur usine de Belvès.
Une poignée de salariés est allé voir l'arrivée des camions portugais venus vider leur usine de Belvès. © Radio France - Harry Sagot

Belvès, France

Les 38 employés périgourdins de l'entreprise Gascogne Bois disent adieu à leur usine de Belvès. Ce 29 novembre la scierie ferme définitivement ses portes.

Toute l'activité est délocalisée dans les Landes et au Portugal. Depuis l'arrêt de la production, le 17 novembre dernier, des camions viennent vider l'usine pour rapatrier les matières premières dans les autres sites de l'entreprise.

Ce mercredi matin, une poignée d'anciens salariés est venue assister à l'arrivée des camions portugais, venus chercher les matières premières, notamment le bois. Des matériaux destinés à l'usine portugaise du fils du PDG du groupe Gascogne Bois.

Le potentiel repreneur n'a toujours pas été entendu

L'émotion des salariés est palpable. D'autant qu'un repreneur s'est manifesté à l'annonce de la fermeture du site, mais le directeur n'a jamais accepté de le rencontrer. Ce potentiel repreneur n'est autre que l'ancien patron de l'usine, Jean-Luc Imberty. Mais ni les manifestations ni les courriers envoyés à la préfecture, à la région et même à l'Elysée, n'ont été suivis d'effets.

Résultat l'ensemble des employés périgourdins ont reçus leurs lettres de licenciement et sont officiellement sans emploi. Pour ce qui est de l'usine il ne reste à l'intérieur qu'une demi douzaine de salariés qui vont à leur tour devoir partir une fois l'usine vidée.