Société

Dordogne : le ball-trap de Servanches ouvrira en avril, malgré l'opposition des riverains

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord jeudi 31 mars 2016 à 20:29

Homme pratiquant le ball-trap. (photo d'illustration)
Homme pratiquant le ball-trap. (photo d'illustration) © Maxppp - PhotoPQR/LeMidiLibre

Lancé il y plus d'un an, un projet de ball-trap dans la forêt de la Double suscite la colère des riverains. Le porteur de ce projet compte pourtant ouvrir le site d'ici la fin du mois d'avril.

C'est un projet qui fait grand bruit dans la forêt de la Double depuis la fin d'année dernière : l'ouverture d'un ball-trap sur un terrain de 90 hectares à Servanches, petite commune de 100 habitants. Le projet est mené par Benjamin Tranchant, fils du fondateur du groupe de casinos Tranchant et il a aussitôt suscité des réticences. Un premier collectif d'opposants baptisé "Double en Danger" avait vu le jour à l'annonce du projet. Il a depuis été dissout mais un collectif de riverains est né la semaine dernière.

Des maisons qui auraient perdu de leur valeur

A un kilomètre à la ronde, on compte une quarantaine de maisons autour du ball-trap (situé aux lieux-dits Petit Bouchillou et Le Pigeonnier) dont celle de Michèle. Avant même que le site n'ouvre elle craint pour sa tranquillité. "Je vais entendre tirer toute la journée. Eux vont pratiquer le sport avec un casque sur la tête mais moi je vais devoir faire pareil quand je vais vouloir jardiner, ce n'est pas une vie!"  D'après le collectif, certaines maisons auraient déjà perdu 30% de leur valeur. "Les agences nous ont dit que ça pouvait même aller jusqu'à 50%" explique Michèle.

Le porteur du projet "dans son bon droit"

Benjamin Tranchant, le porteur du projet assure être dans son bon droit et rien ne pourra l'empêcher d'ouvrir son centre de loisirs dans le courant du mois d'avril. "Il y a une réglementation qui encadre cette activité. Nous nous sommes éloignés au maximum des habitations et nous sommes dans un vallon, le bruit correspond à un écho entendu au loin." Benjamin Tranchant avait déposé un dossier auprès de la direction des territoires pour construire des buttes de terre isolantes. Le dossier a été rejeté mais il affirme ne pas y renoncer pour autant. Le fils Tranchant qui a investi 1,5 million d'euros dans ce projet souligne aussi qu'il apportera des recettes fiscales à la commune et fera fonctionner les hôtels et gîtes de la région. "Lors de certains événements, plusieurs centaines de chasseurs sont attendus," explique-t-il.

Une réunion pour que chacun s'explique

Les riverains, eux, comptent désormais sur les élus de leur commune pour faire interdire le ball-trap. Depuis plus d'un an, une majorité de conseillers municipaux réclame un vote sur le sujet, mais le maire Jacques Faurie n'a jamais donné suite. Une réunion entre les riverains, la municipalité, Benjamin Tranchant et le futur gestionnaire du site le champion Alain Gendreau devait se tenir ce jeudi soir afin d'apaiser les tensions.