Société

Dordogne : les animateurs de la maison de jeunesse de Montpon excédés par un gang de jeunes

Par Caroline Pomès, France Bleu Périgord lundi 12 décembre 2016 à 14:25

45 manifestants ont soutenu les agents de la maison de jeunesse
45 manifestants ont soutenu les agents de la maison de jeunesse © Radio France - Caroline Pomès

Ce lundi, une quarantaine de personnes se sont rassemblées devant la mairie de Montpon pour soutenir les animateurs de la maison de jeunesse, qui subissent depuis six mois la pression d'un groupe de jeunes. Le maire, qui a déjà ordonné la fermeture du centre n'a pas voulu les recevoir

"Quand on vous dit ici c'est chez nous et on ne partira pas droit dans les yeux, vous êtes démunie", raconte tremblante l'animatrice de la maison de jeunesse Cécile Lajoinie. Depuis six mois, elle fait face à une bande de jeunes de Montpon-Ménéstérol. Cette petite vingtaine de jeunes vient souvent traîner au foyer municipal mais arrive fréquemment alcoolisé et sous l'emprise de drogues douces et ne respecte pas les consignes. Les agents municipaux ont du souvent fermer le centre pour éviter "les débordements". Depuis la semaine dernière la maison de jeunesse est fermée jusqu'à nouvel ordre, suite à une décision du maire.

Mais pour les agents ce n'est pas une solution. Cécile Lajoinie et son collègue, David Pradines tout deux de permanence au centre sont venus manifester sous les fenêtres de la mairie ce lundi. Ils demandent "que le maire embauche des éducateurs spécialisés." Pour les soutenir, une quarantaine d'agents de la mairies syndicalistes FO, des Montponnais et des élus d'opposition.

Pas de moyen

Le maire de Montpon, Jean-Paul Lotterie n'a pas voulu discuter avec les manifestants. Pour lui, ce rassemblement est "politique" et pour l'instant il n'y a qu'une solution, fermer le centre le "temps que les gendarmes s'occupent de ces jeunes".

" Ils me font peur, ils arrivent bourrés et défoncés et traînent devant le centre. Dès que je les vois, je pars." - Manon, une jeune du centre

Des jeunes âgés de 18 à 25 ans que les Montponnais appellent "les gangsters" . Cela fait effectivement six mois qu'il sévissent sur la commune, selon le maire. Mais quand le gang sera démantelé, le maire n'a pas de réponses sur l'avenir de la maison de jeunesse. Elle avait déjà été fermée temporairement l'année dernière pour l'agression physique de l'animateur. "Nous réfléchissons à ouvrir un autre concept pour les jeunes mais la commune n'a pas les moyens d'embaucher des éducateurs spécialisés malheureusement."