Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dordogne : "Les arbitres sont des êtres humains, c'est devenu normal de les insulter", Jonathan, arbitre roué de coups

jeudi 26 octobre 2017 à 19:12 France Bleu Périgord

En ce moment se tiennent les Journées nationales de l'arbitrage pour lutter contre la banalisation des violences envers les arbitres. En Dordogne, un arbitre de 24 ans s'est fait rouer de coups en 2014 et il aimerait que son histoire serve d'exemple.

Jonathan Blondy a été frappé en 2014 par un joueur de Périgueux Foot. Depuis il a arrêté d'être arbitre mais devrait reprendre.
Jonathan Blondy a été frappé en 2014 par un joueur de Périgueux Foot. Depuis il a arrêté d'être arbitre mais devrait reprendre. © Radio France - Caroline Pomès

Dordogne, France

"C'est devenu normal d'insulter un arbitre !" Jonathan Blondy se remet à peine de son agression au bord du terrain en 2014. Un joueur de Périguex Foot a "pété un câble " à l'époque et l'a roué de coups. Jonathan a eu une vertèbre déplacé. Aujourd'hui, il est éducateur dans un petit club de foot et enseigne tous les jours aux enfants le respect de l'arbitre. Une campagne de sensibilisation est d'ailleurs menée du 20 au 30 octobre : les Journées nationales de l’Arbitrage. .

Souvent critiqué voire insulté, l'arbitre est régulièrement chahuté sur le bord du terrain. A chaque carton, le public le hue. "Ça fait parti du jeu" diront certains mais parfois ça peut aller plus loin : insultes, violences physique...

"Je ne pouvais plus arbitrer, ça m'a dégoûté et chaque week-end j'étais angoissé." Jonathan Blondy, arbitre roué de coups.

"L'arbitre fait parti du jeu comme les joueurs et ça lui arrive de faire des erreurs mais malheureusement, elles sont plus remarquées que les autres." - Jonathan Blondy.

Ça a été le cas en Dordogne donc lors d'un match entre Périgueux Foot et Antonne et Trigonnant. Le joueur, le numéro 9, a pris 10 ans de suspension. L'arbitre a arrêté pendant deux ans traumatisé par la violence de l'agression. "A chaque fois, des actions me rappelait ce moment. J'avais juste l'appréhension de me refaire taper."

Mais ce passionné reviendra sur le terrain dès juin prochain. Aujourd'hui, ce joueur de foot espère que son histoire servira de leçon. "L'arbitre fait parti du jeu comme les joueurs et ça lui arrive de faire des erreurs mais malheureusement, elles sont plus remarquées que les autres."

"Quand tu es une femme tu es plus respectée"

Dans le même district de Dordogne, une dizaine d'arbitres sont des femmes sur près de 200. Heureusement, selon Marie-France Pianezzola, arbitre depuis 10 ans, les femmes sont plus respectées. Mais ça n'empêche les remarques désobligeantes comme "Retourne faire ta vaisselle". Marie-France a sa technique : elle leur sourit !