Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Dordogne : les habitants de Vitrac vont devoir revoter

mardi 11 septembre 2018 à 21:07 Par Emmanuel Claverie, France Bleu Périgord

Après des mois de tensions entre élus, les 15 membres du conseil municipal de Vitrac en Dordogne ont démissionné ce lundi. La préfecture va désigner des administrateurs pour gérer les affaires courantes de la commune. Les habitants devront retourner aux urnes.

Les habitants de Vitrac en Dordogne devront retourner aux urnes
Les habitants de Vitrac en Dordogne devront retourner aux urnes © Radio France - Emmanuel Claverie

Vitrac, France

À Vitrac, en Dordogne, à une petite dizaine de kilomètres de Sarlat, la totalité du conseil municipal a démissionné ce lundi, mettant fin à une crise qui durait depuis maintenant des années. Peu de temps après leur élection, une partie des adjoints et des conseillers municipaux, pourtant élus sur une seule et même liste, se sont opposés au maire. Les élus frondeurs exigeaient en effet de Frédéric Traverse qu'il se lance dans deux gros chantiers : l'aménagement du bourg de Vitrac et la construction d'une aire de camping-cars à Monfort.

Deux projets trop importants pour les finances de la commune

Le maire Frédéric Traverse et ses conseillers restés fidèles ne le souhaitaient pas. Dans un contexte déjà difficile, le budget de la commune ne l'aurait pas permis, et pas question de contracter un nouvel emprunt.  "Même la population n'était pas d'accord avec ces dépenses" explique Philippe Gorlier, désormais ex-conseiller municipal et proche du maire.

Un maire soutenu par une bonne partie de ses administrés

"Le maire a été très soutenu" assure Philippe Gorlier. Au point que des autocollants "Vitrac touche pas à mon maire" ont fait leur apparition sur les voitures et qu'une pétition a vu le jour. Malgré cela, les huit élus frondeurs ont réussi lors d'un vote en juillet dernier à retirer au maire ses délégations rendant la gestion de la commune impossible. Jusqu'au dernier épisode en date, la démission collective, ce lundi 10 septembre.

L'abcès a donc été crevé. L'adjointe à l'origine de la fronde, Muriel de Coster n'était pas présente ce lundi. Elle est rentrée en région parisienne pour des raisons personnelles mais elle tient à s'expliquer. "Nous reprochons au maire un manque de cohérence et de lucidité dans sa gestion des dossiers. Certains projets ont été inscrits au budget mais ils n’avançaient pas, c'est le cas notamment de l'aménagement du bourg de Vitrac," assure l'adjointe.

Afin de gérer les affaires courantes de la commune, la préfecture va maintenant nommer des administrateurs. Une fois reçue la toute dernière lettre de démission, de nouvelles élections seront convoquées dans un délai de trois mois.