Société

Dordogne : les locataires de logement remontés contre Emmanuel Macron

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord mardi 12 septembre 2017 à 18:20

Eddie Jacquemart et Serge Géraud ont expliqué leur opposition à la politique du logement du gouvernement.
Eddie Jacquemart et Serge Géraud ont expliqué leur opposition à la politique du logement du gouvernement. © Radio France - Benjamin Fontaine

L'antenne périgourdine de la confédération nationale du logement tenait son assemblée générale ce samedi 9 septembre. L'occasion d'évoquer les craintes de ses adhérents face à la politique du logement que dessine le gouvernement d'Edouard Philippe.

Après la réforme du code du travail, l'exécutif dévoile petit à petit son projet de loi sur la réforme du logement. Emmanuel Macron n'a cessé de le répéter durant sa campagne et depuis qu'il est à l'Elysée : l'Etat consacre trop d'argent au logement sans résultats significatifs. Le Président de la République veut réformer les aides au logement, permettre de construire plus et plus vite.

"Il va manquer 60 euros à la fin de l'année." - Serge Géraud président de la fédération de Dordogne de la CNL

Ces premières annonces inquiètent les associations qui défendent les locataires comme la confédération nationale du logement. La section périgourdine de cette confédération (189 adhérents) tenait son assemblée générale ce samedi 9 septembre. Il a bien sûr été question de cette actualité. "Nous sommes déjà inquiets face à la baisse de cinq euros des APL annoncée cet été. Dans l'agglomération périgourdine, 60% des habitants peuvent accéder à un logement social ça veut dire qu'ils n'ont pas de grosses ressources. Il va leur manquer 60 euros à la fin de l'année, c'est un problème," souligne Serge Géraud, président de l'antenne périgourdine de la CNL.

"Soit Monsieur Macron croit au Père Noël soit il est cynique." - Eddie Jacquemart - président national de la CNL

Eddie Jacquemart, le président national de la CNL était présent pour cette assemblée générale. Il n'a pas du tout apprécier ni l'annonce de la baisse des APL, ni l'appel d'Emmanuel Macron aux propriétaires à baisser les loyers de cinq euros. "Soit Monsieur Macron croit au Père Noël soit il est cynique. Je ne connais aucun propriétaire privé qui va baisser un loyer de cinq euros parce que les APL baissent," s'agace Eddie Jacquemart. "En tant que président de la République il aurait dû proposer de signer les décrets sur l'encadrement des loyers qui n'ont pas été signés par Manuel Valls. Il aurait aussi ou prendre un arrêté de gel des loyers !"

Un appel à manifester le 12 septembre

La création d'un bail dit "mobile" de un à trois ans serait aussi dans les cartons. "Je préfère l'appeler bail de précarité. On ne veut pas de ce bail. On ne fonde pas une famille dans ces conditions. Nous voulons rester sur des baux trois, six ou neuf ans. Nous nous demandons si nous ne finirons pas par avoir des baux à durée limitée dans les HLM. Beaucoup en ont rêvé, Macron va peut-être le faire," se résigne Eddie Jacquemart. En attendant les annonces, la CNL appelle ses militants et les citoyens en général, à défiler ce mardi 12 septembre pour manifester son opposition à la politique du logement du gouvernement d'Edouard Philippe.