Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dordogne : neuf réfugiés de Dordogne ont rencontré la ministre déléguée, Jacqueline Gourault

vendredi 6 octobre 2017 à 18:11 France Bleu Périgord

En visite en Dordogne, la ministre déléguée au ministère de l'Intérieur, Jacqueline Gourault s'est arrêtée rencontrer neuf réfugiés de l'association périgourdine d'action et de recherche sur l'exclusion, à Périgueux. L'occasion de parler de leurs problèmes pour s'intégrer en France.

Les réfugiés ont voulu faire une photo-selfie avec la ministre déléguée Jacqueline Gourjault
Les réfugiés ont voulu faire une photo-selfie avec la ministre déléguée Jacqueline Gourjault © Radio France - Caroline Pomès

Périgueux, France

Ils ont la volonté de s'intégrer mais ce n'est pas toujours évident. C'est un long parcours pour les réfugiés installés en Dordogne pour se faire une petite vie comme tout le monde en Dordogne. Ce vendredi, la ministre déléguée au ministère de l'Intérieur, Jacqueline Gourault en visite en Périgord pour rencontrer les maires, a eu un moment d'échanges avec les réfugiés. L'occasion pour eux de faire remonter quelques problèmes comme la difficulté de ramener leur famille ou de se repayer une carte de séjour de 250 euros quand on a rien.

Saoudiens, Afghans, Syriens, Ukrainiens, ils ont tous appris à parler français. Certains ont déjà trouvé du travail comme Alexis, ce père de deux enfants. Il a décroché un CDI au Feu Vert de Trélissac. D'autres comme Mustapha et Sadoula, Saoudien et Afghan de 22 et 23 ans ne trouvent rien.

"Dans la rue, les gens ont peur de moi et quand je demande quelque chose ils me disent à chaque fois qu'ils n'ont pas le temps." - Sadoula, 22 ans.

Le plus dur pour ces jeunes c'est d'être loin de leur famille et le rapport avec les autres. "A Calais, raconte Mutapha, on m'a jeté des bouteilles d'eau et des pierres dessus." En Dordogne, il a trouvé un peu de répit mais il est toujours à la recherche d'un travail en cuisine.