Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

VIDÉO - Dordogne : dans sa maison à Eymet, ce brocanteur a créé un musée dédié à la Grande guerre

dimanche 4 novembre 2018 à 18:11 Par Emeline Ferry, France Bleu Périgord

Passionné par la Première guerre mondiale depuis son enfance, Bernard Dumeige, un brocanteur, a aménagé le sous-sol de sa maison en musée dédié aux Poilus.

Dans le sous-sol de sa maison, Bernard a aménagé une tranchée et un lieu de vie des soldats.
Dans le sous-sol de sa maison, Bernard a aménagé une tranchée et un lieu de vie des soldats. © Radio France - Emeline Ferry

Eymet, France

C'est son enfance passée sur les champs de bataille, dans son village de la Somme, qui lui a donné cette passion de la Grande guerre. En écoutant les récits de son grand-père, ancien poilu, Bernard Dumeige commence à collectionner les objets de la vie quotidienne des soldats de la Première guerre mondiale, dont on fête le centenaire de l'armistice cette année

"Quand j'étais gamin, on jouait à la guerre avec mes copains. On ramassait ce qu'on trouvait par terre, c'est-à-dire des obus, des grenades, des vieilles cartouches de fusil, les vieux casques...", se souvient le brocanteur, qui participe régulièrement à l'émission Affaire conclue, diffusée sur France 2.

Alors qu'il a une dizaine d'années, il commence à collectionner des vestiges de la Première guerre mondiale. Et depuis 50 ans, il écume les vide-greniers, les brocantes et démarche les particuliers pour récupérer des casques, des uniformes, des lettres... 

Des milliers d'objets exposés

Bernard a transformé le sous-sol de sa maison en musée. Il y expose toute sa collection et a aménagé une tranchée et un abri.

Chaque objet a un vécu. Chaque casque, chaque uniforme a été porté, chaque médaille a été gagnée par un soldat

Des uniformes, des casques, des petits objets fabriqués par les soldats... Bernard Dumeige expose tous les vestiges de la Grande guerre qu'il a récoltés. - Radio France
Des uniformes, des casques, des petits objets fabriqués par les soldats... Bernard Dumeige expose tous les vestiges de la Grande guerre qu'il a récoltés. © Radio France - Emeline Ferry

"Plutôt que d'aligner les mannequins en uniforme contre le mur, j'ai préféré les mettre en scène pour qu'on imagine ce qu'ils vivaient", explique le passionné.

Bernard Dumeige a aménagé une tranchée et un abri pour qu'on imagine la vie des soldats. - Radio France
Bernard Dumeige a aménagé une tranchée et un abri pour qu'on imagine la vie des soldats. © Radio France - Emeline Ferry

"Chaque objet a un vécu. Chaque casque, chaque uniforme a été porté, chaque médaille a été gagnée par un soldat. Je récupère beaucoup de souvenirs. Ça peut être des objets fabriqués par les poilus dans les tranchées, des correspondances. Ça peut être une veste d'uniforme, un sabre... C'est très varié", raconte Bernard Dumeige.

Dans la vitrine qu'il consacre à son grand-père Georges, il expose des décorations, des objets personnels et des courriers, comme celui du 8 août 1919, le jour où il a été démobilisé.

"Il a envoyé cette carte postale à ma grand-mère", explique le collectionneur. Il la lit : "Ma petite chérie. Deux mots : je pars de suite, je suis démobilisé. Et je t'envoie la dernière carte. Mille gros baisers. À bientôt. Ton chéri"

Un pendentif que Bernard Dumeige a récupéré. C'est la fille d'un ancien poilu qui le lui a donné. - Radio France
Un pendentif que Bernard Dumeige a récupéré. C'est la fille d'un ancien poilu qui le lui a donné. © Radio France - Emeline Ferry

Dans son musée, Bernard tient à chacun des objets et les raconte avec passion. Il présente, par exemple, un petit pendentif. "Lorsqu'il est parti à la guerre en 1914, un soldat a pris une petite mèche de cheveux de sa fille, et l'a mis à l'intérieur de ce pendentif. Il l'a porté autour du cou pendant toute la guerre. Il a été tué 15 jours avant l'armistice", raconte le collectionneur.

"Et c'est sa fille qui a fait rapatrier le corps et récupéré le collier, qui me l'a offert quelques années, alors qu'elle était presque centenaire. Je ne m'en séparerais jamais, parce que cette histoire me touche beaucoup"

Découvrir la collection de Bernard

Bernard intervient régulièrement dans les écoles et les collèges pour perpétuer le souvenir de la Grande guerre. Certains de ses objets seront exposés lors du salon du livre ancien et moderne, ce dimanche 11 novembre, salle Anatole France à Bergerac.

Des vestiges de fusils, des obus, des casques abîmés, des fourchettes... Voilà ce que l'on peut trouver sur le champ de bataille dans la Somme. - Radio France
Des vestiges de fusils, des obus, des casques abîmés, des fourchettes... Voilà ce que l'on peut trouver sur le champ de bataille dans la Somme. © Radio France - Emeline Ferry