Société

Dordogne : tension entre les manifestants anti ball-trap et les tireurs à Servanches

Par Caroline Pomès, France Bleu Périgord dimanche 11 décembre 2016 à 16:21

Une dizaine de gendarmes sont intervenus sur le site de ball-trap à Servanches, dans la forêt de la Double
Une dizaine de gendarmes sont intervenus sur le site de ball-trap à Servanches, dans la forêt de la Double © Radio France - Caroline Pomès

Une trentaine de riverains de Servanches ont manifesté ce dimanche pour la fermeture du ball-trap ouvert en avril dernier. Ils ont distribué des tracts aux tireurs et les échanges ont été tendus

"Qu'est-ce que vous venez nous embêter un dimanche ?" A cette question d'un tireur posée sur un ton haineux, Michel répondra en haussant le ton lui aussi : "On vient discuter." Cet habitant du coin en a ras-le-bol du bruit des balles qui fusent six jours sur sept à côté de chez lui, à Servanches. Mais le dialogue avec les tireurs du ball-trap ne semble pas possible.

Une des affiches du collectif des riverains et voisins de Servanches - Radio France
Une des affiches du collectif des riverains et voisins de Servanches © Radio France - Caroline Pomès

Le Périgord shooting club a ouvert en avril dernier, malgré l'opposition d'un collectif de riverains. Depuis, la gronde des voisins n'a pas baissé. Ce dimanche, le collectif des riverains et voisins de Servanches distribuaient des tracts aux tireurs. "Parfois on s'est fait insulter, menacer mais il y en a qui disent comprendre", explique Anita qui arrête toutes les voitures arrivant sur ce petit chemin de forêt. Elle fait parti de cette quarantaine de propriétaires et locataires qui vivent à 3 kilomètres à la ronde du ball-trap. Six mois après l'ouverture, ils sont excédés par le bruit.

"Parfois on se croirait à la guerre, à Beyrouth ou en Syrie... c'est impossible de rester dehors" - Noëlle, qui vit à 500 mètres des stands de tir

Une trentaine de riverains distribuaient des tracts contre le ball-trap - Radio France
Une trentaine de riverains distribuaient des tracts contre le ball-trap © Radio France - Caroline Pomès

"Bam, bam, bam, comme des explosifs qui ne s'arrêtent pas d'exploser", raconte Marinette. Avec son mari Michel, elle a repris la ferme de ses parents, dans la famille depuis six générations mais ce bruit continu empêche les retraités de sortir. Ce qu'ils demandent c'est que les autorités ferment le site, trop bruyant et pollueur.

Si le ministère de l'environnement n'a pas répondu aux appels, la préfecture de Dordogne, elle aurait pris le dossier en main. Mais le directeur du site, Benjamin Tranchand, dit être en règle. Derrière lui, des dizaines de licenciés qui le soutiennent. Pour Giono, tireur périgourdin, il n'y a pas de doute : "tant que l'Etat autorise, je viendrais tirer. On a tous nos problèmes. "

A LIRE AUSSI

Le ball trap de Servanches ouvre ses portes malgré l'opposition des habitants

Dordogne : le ball-trap de Servanches ouvrira en avril, malgré l'opposition des riverains