Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dordogne : un réfugié politique ukrainien décroche un CDI dans un garage

dimanche 29 octobre 2017 à 20:33 France Bleu Périgord

Aleskey Koloda a fui son pays en guerre il y a trois ans avec sa femme et ses deux enfants sous le bras. Après plusieurs petits boulots de bénévoles, il a réussi à décrocher un CDI dans un garage de Trélissac.

Aleskey Koloda a décroché un CDI dans un garage après deux stages et un CDD.
Aleskey Koloda a décroché un CDI dans un garage après deux stages et un CDD. © Radio France - Caroline Pomès

Trélissac, France

La belle réussite du jour sur France Bleu Périgord. Un réfugié de guerre ukrainien a été embauché en CDI, il y a un mois, dans un garage de Trélissac. Aleskey Koloda, père de deux enfants de 10 et 8 ans a séduit le patron par son talent et sa persévérance.

La France pour fuir les bombes

Arrivé en France en 2014, il a fui la guerre et les bombes dans son pays. De Donestk à Périgueux, il a pris ses deux enfants sous le bras et sa femme, laissant toute sa famille là-bas.

"Il a tout donné. Il a pris les fiches techniques chez lui, les a traduites et au bout de 3 jours, il connaissait tous les termes en Français." - Nicolas Gillé, directeur du magasin Feu Vert de Trélissac.

Après avoir été bénévole chez Emmaüs, notamment, il a fait un stage dans ce garage à deux reprises. "Il a tout donné. Il a pris les fiches techniques chez lui, les a traduites et au bout de 3 jours, il connaissait tous les termes en Français", se souvient son patron et directeur du magasin, Nicolas Gillé.Le patron l'a donc embauché en CDI il y a un mois.

"Le travail c'est la vie"

Aujourd'hui, Aleskey, appelé "Alexis" par ses collègues, va pouvoir louer une maison pour lui, sa femme et ses deux enfants_. "Je suis bien en France, loin du stress de la guerre. Les Français son gentils mais le travail c'est la vie, je voulais gagner mon argent. J'ai payé des impôts cette année"_, raconte fièrement Aleskey.

Au Feu Vert de Trélissac, le patron a embauché d'autres étrangers et c'est sa politique. "C'est juste humain. J'ai beaucoup voyagé, vu la misère du monde et je sais que certains s'arrêtent à la couleur de peau, pas moi. Ils ne devraient pas parce que c'est peut-être méchant mais ils sont parfois plus motivés que les Français !"