Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dormir ou conduire, il faut choisir

-
Par , France Bleu

Les trois quarts des chauffeurs routiers avouent avoir déjà piqué du nez sur l'autoroute, et s'être retrouvés en train de rouler sur la ligne blanche rugueuse le long de la bande d'arrêt d'urgence. C'est ce qui ressort d'une étude de la Fondation Vinci Autoroutes qui porte sur plusieurs centaines de conducteurs de poids lourds.

Des camions arrivent au péage de Valence nord, janvier 2014.
Des camions arrivent au péage de Valence nord, janvier 2014. © Radio France

Somnolence, perte de vigilance : un quart des chauffeurs-routiers dort moins de 6 heures, avant de prendre la route. Des trajets qui sont pourtant conséquents ! En moyenne, 9 heures d'affilée, passées derrière le volant. Résultat : 20% des conducteurs de poids-lourds estiment avoir récemment frôlé l'accident, et s'être réveillés in-extremis pour éviter le drame. Le docteur Maria-Antonia Quera-Salva, qui a dirigé l'étude, constate que "les conducteurs de poids lourds dorment plus dans leur camion que chez eux", selon le communiqué de la fondation Vinci. "Ils doivent donc être attentifs à préserver une quantité de sommeil suffisante les jours qui précèdent le départ de manière à ne pas débuter leur trajet avec une dette de sommeil".Autre danger : seul une minorité de routiers (41 %) déclare s'arrêter au moins une fois après deux heures de conduite.

De fausses bonnes idées

 Pour essayer de lutter contre la somnolence, beaucoup développent leur propre technique : ils sont 12%, par exemple à téléphoner tout en conduisant, une très mauvaise idée évidemment.Il y a aussi beaucoup "d'accros" au café, plus de 10 tasses de café par jour, pour 18% de ces chauffeurs-routiers. Mais là aussi, c'est une erreur, puisque cela peut, au contraire,  créer des troubles de l'attention.L'enquête encadrée par les médecins de l'Unité du sommeil de l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches a été réalisée de façon anonyme auprès d'un échantillon de 375 conducteurs en 2011 et 2012.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess