Société

Douchy-les-Mines: mobilisation exceptionnelle pour une petite fille autiste

Par Théo Hetsch, France Bleu Nord et France Bleu lundi 22 août 2016 à 8:42

Les parents, Emilie et Maxime. A côté, Laura, une des soixante-dix bénévoles. Tous rassemblés autour de Clémentine.
Les parents, Emilie et Maxime. A côté, Laura, une des soixante-dix bénévoles. Tous rassemblés autour de Clémentine. © Radio France - Théo Hetsch

Il y a quatre mois, les parents de Clémentine, quatre ans et demi, avaient lancé une annonce pour trouver des bénévoles pour garder leur fille, jouer avec elle, la stimuler. Ils recherchaient 40 bénévoles. Ce sont finalement 70 qui se mobilisent toute la semaine.

Il y a quatre mois, les parents de Clémentine, quatre ans et demi, avaient lancé une annonce pour trouver des bénévoles pour garder leur fille, jouer avec elle, la stimuler. Ils recherchaient 40 bénévoles. Ce sont finalement 70 personnes qui se mobilisent toute la semaine.

"On a eu une centaine d'appels", explique la maman, Emilie. "On a même dû faire deux réunions pour informer tout le monde, on a eu beaucoup de chance"

Parmi ceux qui ont répondu, il y a Laura. Elle vient tous les 15 jours pendant une heure et demi. Et ce, depuis avril, depuis qu'elle a vu l'annonce sur Facebook. "J'ai lu l'article et tout de suite, je me suis dit que je devais y participer. J'ai le temps, je peux apporter mon aide", raconte la jeune femme de 27 ans. "Voir l'évolution de Clémentine depuis quatre mois, c'est très gratifiant, très enrichissant".

En quoi consiste cette méthode ? Pourquoi faut-il autant de bénévoles?

Le principe : les bénévoles se relayent toute la journée, toute la semaine, week-end compris, pour jouer avec Clémentine dans une salle de jeu et favoriser son éveil. L'autisme est un trouble du développement qui fait que l'enfant est dans sa bulle, se coupe du monde extérieur. Il prend donc du retard dans l'apprentissage : Clémentine par exemple, est restée au stade d'un an et demi à peu près, alors qu'elle a 4 ans.

La méthode vient des Etats-Unis, elle nommée 3i: "Le bénévole se met à la hauteur de l'enfant et fait tout comme elle", explique la maman, "le but est de faire sortir l'enfant de sa bulle, prenne conscience qu'il est un être à part entière, ce qui n'est pas évident pour eux, d'où les miroirs et les massages, Clémentine doit prendre conscience de son corps".

Grâce à cette méthode et tous ces bénévoles, Clémentine fait beaucoup de progrès. Tout simplement, elle reconnait enfin ses parents et leur fait un sourire en arrivant. Le papa, Maxime:

"Avant, quand je rentrais, c'est comme si je n'étais pas là"

Cette méthode fait donc des émules: deux autres familles, dans le Cambrésis, ont adoptés cette méthode, mais galèrent un peu plus à trouver des bénévoles. Si vous souhaitez vous engagez , vous pouvez vous signaler à ce mail: pourclementine@gmail.com