Faits divers – Justice DOSSIER : Kévin et Sofiane, tués pour un simple regard

Drame d'Échirolles : "Depuis la mort de Kévin, j'ai l'impression qu'on m'a arraché le ventre" (Aurélie Monkam Noubissi)

Par Nicolas Crozel et Isabelle Gaudin, France Bleu Isère jeudi 27 mars 2014 à 12:35

Après la mort de son fils Kevin, lynché à Echirolles, Aurélie Monkam Noubissi raconte sa douleur dans un livre.
Après la mort de son fils Kevin, lynché à Echirolles, Aurélie Monkam Noubissi raconte sa douleur dans un livre. © Maxppp

Un an et demi après la mort de son fils Kevin, 21 ans, lynché avec son ami Sofiane à Échirolles près de Grenoble, Aurélie Monkam Noubissi, sort un livre. Dans "Le ventre arraché", elle raconte sa douleur. La maman de Kevin était l'invitée de France Bleu Isère ce jeudi.

Aurélie Monkam Noubissi raconte dans son livre "Le ventre arraché" , sa douleur après la perte de son fils, Kevin. Avec son ami, Sofiane, il a été lynché à mort à Échirolles par une bande de la cité voisine de la Villeneuve à Grenoble en septembre 2012. Le drame avait ému toute la France.

"Ecrire pour moi, c'était une façon d'apaiser les esprits"

Ecrire ce livre a été un véritable exutoire pour Aurélie Monkam Noubissi. "J'ai voulu essayer de comprendre la violence qui a conduit à la mort de nos enfants", explique-t-elle. "Ces jeunes ont tué comme si c'était un jeu pervers, où les frontières du réel et du virtuel se confondent ".

Aurélie Monkam sur France Bleu Isère Partie 1 ok

"Tout deuil est difficile, mais la perte de son enfant, c'est une des douleurs les plus profondes"

Depuis le 28 septembre 2012, Aurélie Monkam Noubissi se demande pourquoi. "J'ai du mal à accepter la manière dont la vie a été arrachée à mon fils ", raconte-t-elle. "J'ai l'impression qu'on m'a arraché le ventre. Tout deuil est difficile, mais la perte de son enfant, c'est une des douleurs les plus profondes". Avec ce drame, cette pédiatre camerounaise de 55 ans a été ébranlée dans sa foi. La mère de Kevin est protestante. Son fils s'était converti à l'islam. "C'était une vraie richesse. Kevin m'a ouvert les yeux sur ce qu'est l'islam. J'admirais mon fils de me mettre dans ce chemin de quête spirituelle ".

Aurélie Monkam sur France Bleu Isère partie 2

Le procès des agresseurs de son fils et de Sofiane est prévu au printemps 2015.  "Je suis à moyen terme de mon deuil. Le procès ne me fait pas peur", répète Aurélie Monkam Noubissi. Elle aimerait même que les agresseurs de Kevin lisent son livre un jour.

"Le ventre arraché" est publié aux Éditions Bayard - Aucun(e)
"Le ventre arraché" est publié aux Éditions Bayard