Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Drame de la Chapelle-en-Vercors : 73e anniversaire et toujours autant d'émotion

mardi 25 juillet 2017 à 19:20 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu Isère

La commune de La Chapelle-en-Vercors (Drôme) a commémoré la fusillade des 16 habitants par les nazis le 25 juillet 1944, quelques jours après l'attaque de l'armée allemande sur le maquis du Vercors. Une émotion collective.

Le maire de La Chapelle-en-Vercors, Jacky Casasnovas, dépose une gerbe devant le monument aux morts en compagnie d'une représentante des familles des victimes.
Le maire de La Chapelle-en-Vercors, Jacky Casasnovas, dépose une gerbe devant le monument aux morts en compagnie d'une représentante des familles des victimes. © Radio France - Alexandre Berthaud

La Chapelle-en-Vercors, France

À chaque fois que Michèle entend la Marseillaise, elle pleure. "Je n'y peux rien, c'est à chaque fois", sourit-elle en essuyant ses larmes avec un mouchoir en papier, "puis là ça va recommencer à la Cour des Fusillés, avec le Chant des partisans". Michèle, Franco-Suisse, ne manque jamais une commémoration sur le plateau du Vercors, où elle n'a pourtant jamais vécu. Le 21 juillet c'était à Vassieux, ce 25 juillet à La Chapelle-en-Vercors, 73 ans après que les nazis aient fusillé 16 villageois "soupçonnés" de collaboration.

Autre cérémonie, dans la Cour des fusillés, là où les 16 Chapelains ont été abattus en 1943. - Radio France
Autre cérémonie, dans la Cour des fusillés, là où les 16 Chapelains ont été abattus en 1943. © Radio France - Alexandre Berthaud

Un soldat américain présent

Parmi les habitants du village, les anciens combattants, les ex-résistants, un des hommes sort du lot. Il dépose une gerbe à la Cour des Fusillés. C'est un ancien soldat, américain, le soldat Weiss. Il était dans l'armée américaine qui a débarqué au sud de l'Europe. Il est remonté jusqu'à Grenoble et connaît le Vercors, et pendant qu'il a encore la santé pour le faire, voulait assister, au moins une fois dans sa vie, à cette cérémonie : "Je ne comprends toujours pas, 73 ans après, comment les nazis ont pu faire ça, même en temps de guerre c'est affreux".

Le vétéran américain s'est fait prendre en photo avec des jeunes du village. - Radio France
Le vétéran américain s'est fait prendre en photo avec des jeunes du village. © Radio France - Alexandre Berthaud

Comment les nazis ont-pu faire ça ?

Même pour les curieux vacanciers qui tombent "par hasard" sur la cérémonie, celle-ci reste "émouvante". Marion, Alsacienne habitant à Lyon, est venue pour des "vacances nature", mais en passant devant la commémoration elle s'est arrêtée. "J'ai voulu observer les têtes de ces gens", explique-t-elle, "on sent une réelle fierté, même si on ne connaît pas l'histoire du Vercors, comme moi".

Un fils de soldat allemand en dédicace

En tout la cérémonie aura duré deux heures, deux heures durant lesquelles Ian Shlunk, fils de soldat allemand est resté dans sa maison de vacances. Pourtant il a écrit un livre sur la reprise du Vercors par les nazis : Parachutistes allemands dans le Vercors, sorti en novembre 2016. Il a recueilli des témoignages français, évidemment, et supporte difficilement ces cérémonies de mémoire, douloureuses. Mais il a pu dédicacer son livre et échanger avec les habitants du Vercors dans l'après-midi.

Le Chant des partisans, la sonnerie aux morts, la Marseillaise, ont été diffusés solennellement. - Radio France
Le Chant des partisans, la sonnerie aux morts, la Marseillaise, ont été diffusés solennellement. © Radio France - Alexandre Berthaud

Leur dire à quel point les témoignages de certains nazis étaient durs à entendre : "ils se vantaient des crimes", "très peu ont voulu les avouer, et ceux qui l'ont fait en étaient fiers, mon magnétophone était caché au moment où je les enregistrais". Un livre mémoire en plus pour ce plateau héroïque durant la Résistance, un des seuls à n'avoir jamais cédé devant l'Allemagne nazie, une partie de France Libre meurtrie ce 25 juillet 1944.

La Chapelle-en-Vercors, dans la Drôme - Radio France
La Chapelle-en-Vercors, dans la Drôme © Radio France - Denis Souilla