Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Immeubles effondrés à Marseille

Immeubles effondrés à Marseille : la municipalité demande aux propriétaires et aux syndics d'agir

mercredi 28 novembre 2018 à 10:24 Par Camille Payan, France Bleu Provence et France Bleu

Depuis l'effondrement de plusieurs immeubles rue d'Aubagne à Marseille, 1.436 personnes ont été évacuées et relogées parfois de façon temporaire dans des hôtels, mais la Ville estime que ce n'est pas elle de le faire. Elle demande aux propriétaires et aux syndics de se mobiliser davantage.

Chaque jour des immeubles sont évacués à Marseille.
Chaque jour des immeubles sont évacués à Marseille. © Maxppp - maxppp

Marseille, France

Chaque jour ou presque des habitants sont évacués à Marseille depuis l'effondrement des immeubles de la rue d'Aubagne, à ce jour 1.436 personnes ont dû quitter leur logement. Certains sont hébergés à l'hôtel, d'autres ont pu regagner un appartement, mais la situation reste précaire et la ville est submergée. Elle estime que ce n'est pas son rôle de prendre en charge les évacués.

"C'est aux propriétaires et aux syndics de prendre en charge leurs locataires. Aujourd'hui, nous faisons leur travail. La mairie nourrit, transporte gratuitement et aux frais du contribuables des personnes qui devraient être prises en charge par leur propriétaire et leur syndic." - Julien Ruas, adjoint à la prévention des risques à la ville de Marseille

On ne sait toujours pas ce qui a provoqué l'effondrement des immeubles, l'enquête le déterminera. Mais en attendant, la Ville estime avoir tout fait dans les règles et surtout, elle ne veut endosser aucune responsabilité. Elle assure qu'elle a toujours respecté les procédures de mises en péril des logements (un arrêté de mis en péril avait pourtant été dressé pour un des immeubles qui s'est effondré). 

188 immeubles et 1.436 personnes évacués 

Mais aujourd'hui la ville a du mal à gérer toutes les personnes évacuées et à leur trouver une solution de relogement. Certains familles ne peuvent parfois rester que quelques nuits dans un hôtel avant de devoir en changer. D'autres ont été relogées dans des appartements mais loin du 1er arrondissement

Pas d'évacué d'hôtel pour cause de congrès de vétérinaires 

Le journal L'Obs assurait il y a quelques jours que des familles relogées à l'hôtel allaient devoir partir le temps du congrès des vétérinaires, car ces vétérinaires avaient déjà réservé leurs chambres d'hôtels pour leur congrès annuel le 30 novembre. C'est faux, dit Julien Ruas.