Société

Drame des migrants : à Pouilly-en-Auxois les mentalités ont-elles évolué ?

Par Thomas Nougaillon et Philippe Renaud, France Bleu Bourgogne vendredi 4 septembre 2015 à 19:35

 centre d'accueil des demandeurs d'asile de Pouilly-en-Auxois
centre d'accueil des demandeurs d'asile de Pouilly-en-Auxois © Radio France - Thomas Nougaillon

La photo d'Aylan, retrouvé mort sur une plage a ébranlé le monde entier en fin de semaine dernière! Anéanti son père a dit espérer que suite à ce drame le monde prendra au moins conscience du sort des migrants. A Pouilly-en-Auxois, un centre d'accueil de migrants justement, a ouvert ses portes en février dernier. Cette photo et ce drame sont ils de nature nature à faire évoluer les mentalités ?

Le bâtiment, aujourd’hui rénové, accueillait les gendarmes de la commune. Le centre d'accueil de migrants de Pouilly-en-Auxois est situé à la sortie de cette commune de 1600 habitants. Il fait partie de ces centres ouverts par le gouvernement pour désengorger la ville de Calais. 45 personnes y résident, des Tchadiens, des Erythréens et des Soudanais en attente de validation d'un statut de réfugié politique.

Derrière son comptoir Pierre Communeau, le  patron du Sporting, un des cafés de Pouilly-en-Auxois a vu la terrible photo. Comme tout le monde il est choqué, remué par l'image de ce petit corps inanimé gisant sur le sable.Quant à savoir si cela fera évoluer le regard de la minorité des habitants de Pouilly les plus hostiles au centre de demandeurs d'asile, c’est plus difficile à dire.

Depuis qu'ils sont arrivés les demandeurs d'asile de Pouilly-en-Auxois, environ 45 Erythréens, Tchadiens et Soudanais se montrent très discrets. Pas sûr que le drame d'Aylan créé un véritable élan  de solidarité de la part des habitants.

Après 6 à 18 mois de démarches administratives... Les demandeurs d'asile de Pouilly savent que moins d'1 sur 5 obtiendra le droit de rester en France. Et malgré l'actualité dramatique, les autres seront quoiqu'il arrive reconduits dans leur pays où ils sont menacés de mort.