Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Drogue : la cocaïne et le gaz hilarant de plus en plus répandus

-
Par , France Bleu

L'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) publie ce jeudi matin son enquête annuelle. Il en ressort cette année une forte croissance de la consommation de cocaïne et un retour des gaz hilarants chez les plus jeunes.

L'OFDT note une forte croissance de la consommation de cocaïne en 2018.
L'OFDT note une forte croissance de la consommation de cocaïne en 2018. © Maxppp - Lionel VADAM

La cocaïne et le gaz hilarant, également appelé protoxyde d'azote ou "proto", sont de plus en plus répandus en France métropolitaine, selon une note de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) publiée ce jeudi.

La consommation de cocaïne en forte hausse

D'après ce document qui s'appuie sur des études menées dans huit grandes villes (Paris, Lyon, Marseille...), la cocaïne connaît une "accessibilité exceptionnelle". Les français consomment de plus en plus de cocaïne pour plusieurs raisons : une production mondiale historiquement élevée, un prix orienté à la baisse et une politique commerciale très agressive des dealers avec relances SMS et tarifs dégressifs en fonction de la quantité achetée. Le phénomène concerne surtout les 30 à 45 ans. Les plus jeunes échappent à la tendance, la cocaïne restant encore trop chère pour eux.

Le retour du gaz hilarant 

Par ailleurs, l'OFDT relève la "popularité renouvelée du protoxyde d'azote" ou gaz hilarant : extrait de bonbonnes industrielles, il est conditionné dans des ballons vendus 1 à 2 euros l'unité, souvent utilisé comme gaz pour les siphons à chantilly, et donc en vente libre. 

Les professionnels de santé alertent sur la dangerosité de cette drogue : "Il y a un risque de détresse respiratoire par manque d'oxygène avec un risque d'asphyxie et, in fine, même si c'est exceptionnel, un risque de décès", explique Clément Gérome, chargé d'études à l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess