Société

Droit à l'oubli, programme de réduction du tabagisme : Hollande présente le troisième plan cancer

France Bleu mardi 4 février 2014 à 8:58 Mis à jour le mardi 4 février 2014 à 18:49

François Hollande, le 4 février lors de la présentation du 3e plan cancer
François Hollande, le 4 février lors de la présentation du 3e plan cancer © FranceTV - - Capture d'écran

C'est la journée mondiale de lutte contre le cancer ce mardi. A cette occasion, le président de la République a présenté le 3e plan cancer, financé à hauteur d'un milliard et demi d'euros pour la période 2014-2018. Il promet le lancement avant l'été d'un "programme national de réduction du tabagisme", et compte s'attaquer entre autres aux difficultés de la vie après la guérison du cancer.

Avec près de 150.000 décès par an, le cancer est encore la maladie la plus meurtrière en France - et même la première cause de décès dans le pays. Selon les spécialistes, jusqu'à 50% des cancers pourraient être évités par des mesures de prévention, et d'éducation.

Les plans cancer - Aucun(e)
Les plans cancer
 

Des "mesures correctrices" des inégalités ?

A l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le cancer, ce mardi, François Hollande a présenté un nouveau plan cancer, d'un milliard et demi d'euros , pour la période de 2014 à 2018. Objectif : "Guérir plus de malades " , selon le Président. "Un suivi spécifique pour les personnes ayant des antécédents " sera mis en place, promet François Hollande.

La question de l'inégalité face à cette maladie est au coeur de ce nouveau plan :

"Le risque de mourir d'un cancer entre 30 et 65 ans est deux fois plus élevé chez les ouvriers que chez les professions libérales" — François Hollande, lors du lancement des travaux préparatoires du plan cancer (2012)

Le président de la République a l'intention de "donner à tous les mêmes chances " de guérir du cancer. Au moment du diagnostic par exemple, le nouveau plan va imposer un délai de 20 jours pour accéder à un examen par IRM, "où que l'on réside ". A ce titre, "15 millions d'euros seront attribués aux régions sous-équipées ", promet le Président. 

Pour les cancers les moins fréquents, "une double expertise sera requise ", ajoute François Hollande. De nouveaux indicateurs de qualité des services hospitaliers vont être créés, ils seront ensuite rendus publics sur un site internet dédié.

> A ÉCOUTER : à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le cancer, le Professeur Henri Rocher, directeur médical de l'Institut Claudius Régaud de Toulouse, était l'invité de France Bleu Toulouse ce mardi matin.

"Conserver toute sa place dans la société"

Mais ce n'est pas tout, car le plan qui doit être annoncé ce mardi en fin de matinée comptera cinq axes : la prévention et le dépistage, la recherche, la prise en charge du patient, les métiers, formations et pratiques en cancérologie, et la vie pendant et après le cancer.

Concernant les conditions de vie pendant un cancer, le chef de l'Etat a affirmé la nécessité de "permettre au malade de conserver toute sa place dans la société " comme une priorité. Pour les enfants et les adolescents qui ne peuvent pas continuer à aller à l'école, l'accès aux cours par correspondance du CNED sera rendu gratuit . Pour les adultes, le Président promet des mesures d'aménagement du temps de travail et de droits renforcés.

Un "droit à l'oubli" après le cancer

Quant à la vie après le cancer, elle constitue l'un des autres piliers du nouveau plan cancer : 60% des personnes qui reprennent leur activité professionnelle après un arrêt maladie dû à un cancer disent souffrir de fatigue physique ou morale . Pour pallier ce problème, François Hollande a évoqué l'institution d'un "véritable droit à l'oubli" pour "tous ceux qui ont vaincu le cancer, et à tous les autres maldades sont les données de la science nous disent qu'ils sont définitivement guéris ".

Des offres de chirurgie réparatrice , après un cancer, seront également proposées dans toutes les régions, "sans aucun frais pour les patients ", promet François Hollande. Et un "programme personnalisé de l'après-cancer" sera mis en place : y seront précisés "les éventuels soins de suite et le rythme des contrôles " pour chaque patient.

La question du tabac toujours sur la table

Reste une épineuse question pour le gouvernement : celle de la cigarette. Si le premier plan cancer de 2003 à 2007 avait réussi à faire augmenter significativement le prix du tabac (avec un mot d'ordre : "déclarer la guerre " au tabac), le second plan, programmé de 2009 à 2013, avait vu le nombre de fumeurs augmenter de 2%.

"Depuis 18 mois, le prix du paquet de cigarettes a augmenté de 80 centimes. Ce mouvement se poursuivra". — François Hollande

Le Président a affirmé que les hausses de tarif se poursuivront, mais qu'elles "doivent retrouver leur finalité de santé publique ". Concrètement, cela signifie que les recettes supplémentaires apportées par les hausses de prix "abonderont un fonds destiné à la recherche sur le cancer ".

A cela s'ajouteront des mesures d'accompagnement de l'arrêt de la cigarette : "Sortir du tabac doit être le plus gratuit possible ", explique le chef de l'Etat. Enfin, un programme national de réduction du tabagisme va être mis en place avant l'été. Il sera piloté par la ministre de la Santé Marisol Touraine. Il comptera notamment une campagne de prévention "aux heures de plus grande écoute ". Son mot d'ordre ? "Fumer à 17 ans, c'est prendre le risque de mourir avant 60 ans" .

Les chiffres du cancer en France - Aucun(e)
Les chiffres du cancer en France
> LA QUESTION DU JOUR : En fait-on assez dans la lutte contre le cancer ? Pour réagir à la question dans France Bleu Midi Ensemble ce mardi, appelez-nous au 0810 055 056 (prix d'un appel local) ou réagissez sur la page Facebook de France Bleu.

Partager sur :