Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Drôme : c'est fini pour la maternité de Die !

vendredi 24 novembre 2017 à 12:59 - Mis à jour le vendredi 24 novembre 2017 à 22:56 Par Emmanuel Champale et Florence Gotschaux, France Bleu Drôme Ardèche

Après des années d'incertitude, le couperet est tombé : la maternité de Die, dans la Drôme, fermera définitivement ses portes le 31 décembre. La ministre de la Santé a annoncé la nouvelle aux élus du Diois ce vendredi midi. Un centre de périnatalité ouvrira à la place.

Le collectif de défense a organisé plusieurs manifestations à Die, ici en 2015
Le collectif de défense a organisé plusieurs manifestations à Die, ici en 2015 © Radio France - Marc Podevin

Die, France

Il n'y a donc pas eu de miracle. La plus petite maternité de France va disparaître. L'autorisation de fonctionnement de la maternité de Die court jusqu'au 31 décembre 2017. Elle n'a pas été renouvelée.

Agnès Buzyn , la ministre de la Santé l'a annoncé ce vendredi midi, à Paris, aux élus du Diois venus la rencontrer : la députée En Marche Célia de Lavergne, Gilbert Trémolet le maire de Die et président de l'hôpital, Alain Matheron président de la communauté de communes du Diois et les deux conseillers départementaux du secteur, Bernard Buis et Martine Charmet.

16 millions pour un scanner et des travaux en contrepartie de la fermeture de la maternité et de la chirurgie

La maternité sera remplacée par un centre de périnatalité. Les femmes enceintes devront aller accoucher à Valence, Montélimar ou à Gap. La chirurgie ferme également, mais les urgences seront renforcées. Die obtient un scanner, la rénovations des urgences et la reconstruction de l'hôpital pour un montant de 16 millions d'euros. (12 millions pour le futur centre hospitalier).

Alain Matheron, qui se bat depuis des années pour préserver la maternité, dit être "sous le choc". L'élu espère que la décision ne freinera pas l'installation des jeunes couples dans ce secteur de la Drôme où la population est vieillissante.

La députée, Célia de Lavergne, relativise estimant qu'"il ne s'agit pas d'une fermeture mais d'une transformation". Elle s'appuie sur les propos de la ministre assurant qu'il y aura "une bonne prise en charge des femmes enceintes". Pour elle, l'essentiel est que le suivi avant et après la naissance se fasse au plus près de leur domicile. La ministre l'a souligné devant les élus : "l'accouchement est un acte médical qui doit se faire en toute sécurité".

Déjà plus aucun gynécologue à demeure

Cette issue fatale n'est pas une surprise. La situation de la maternité était de plus en plus précaire : il n'y a plus que des gynécologues remplaçants qui se succèdent à Die. Par ailleurs, le directeur de l'hôpital de Valence - qui gère l'établissement à distance - n'avait pas demandé que l'autorisation de fonctionner soit renouvelée.

En fin d'après-midi, le préfet de la Drôme et le directeur de l'Agence Régionale de Santé ont détaillé ce qu'ils ont intitulé "l'avenir de l'offre de soins dans le Diois".

  • Un centre de périnatalité avec la présence de sage-femmes, gynécologues, et pédiatre, pour des consultations avant et après l'accouchement.
  • La construction d'un nouvel hôpital à Die pour un investissement de 12 millions d'euros à la charge de l'Agence Régionale de Santé.
  • Une restructuration de l'activité des urgences avec l'acquisition d'un scanner (l'autorisation a été signée ce vendredi soir par le directeur de l'ARS), la rénovation du service et des aménagements sur l'hélicoptère du SMUR pour qu'il puisse intervenir en toutes circonstances.
  • Offrir des aides à l'installation aux professionnels de santé qui s’établiraient en libéral à Die.

Manifestation le 2 décembre

Écœuré, le collectif de défense avait déjà prévu une manifestation dans les rues de la ville, le 2 décembre prochain. Il prévoit en plus une opération "surprise" de femmes enceintes le 9 décembre. La maternité de Die réalisait moins de 150 accouchements par an (130 enregistrés fin septembre 2017).

À lire aussi :