Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des jeunes embauchés pour recréer du lien social dans les EHPAD confinés de l'Amandinois

-
Par , France Bleu Nord

Même si les visites sont autorisées dans les Ehpad, elles sont très réglementées, les animations sont réduites à peau de chagrin, les liens entre résidents a aussi été fortement réduit, alors pour rompre l'isolement 6 jeunes ont été embauchés par le centre hospitalier de Saint-Amand les Eaux.

Yannick résidente et Megan, nouvelle ambassadrice du lien social
Yannick résidente et Megan, nouvelle ambassadrice du lien social © Radio France - Yannick et Maelle ambassadrice du lien social à ehpad de Saint A

Pendant la première vague les 5 EHPAD de l'hôpital ont été fortement touchés par la COVID, directement avec de nombreux malades et aussi des décès, mais aussi par les effets indirects liés à l'interdiction des visites, et au confinement. Ce qu'on appelle le syndrome de glissement explique Barbara Chiarello, cadre de santé 

C'est des résidents qui se renferment sur eux-mêmes, qui refusent de s'alimenter, parfois de s'hydrater, qui deviennent tristes, qui communiquent de moins en moins avec les soignants

Et les soignants débordés n'ont pas pu combler ce manque de lien social. Pour éviter cette fois ci ce phénomène, le directeur Michel Thumerelle a décidé d'embaucher 6 jeunes des "ambassadeurs du lien social" pour les près de 500 résidents. Des jeunes en plus laissés de côté par la crise argumente le chef d'établissement.

Le reportage de Rafaela Biry-Vicente

Aucun n'a un profil de soignant ça va de l'informaticien à l'éducateur canin , "des profils de petits enfants qui pourraient être empathiques avec leurs grands-parents , et c'est ça qui m'intéressait" explique Michel Thumerelle. 

"Voir le sourire des résidents réapparaître sur leurs visages"

Ils vont donc discuter avec les personnes âgées, leur lire le journal, et aussi organiser des appels sur tablette ou par téléphone avec leurs familles ou leurs amis.

Yannick par exemple a hâte de pouvoir voir son amie qui vit dans un autre EHPAD de la ville. Même si la résidente vit mieux le deuxième confinement que le premier, elle se sent quand même isolée dans sa chambre. Elle est donc ravie de la visite des ambassadeurs

La jeunesse ça nous met du baume au cœur, et puis elles sont sympas, elles sont à l'écoute, ça nous fait du bien, ça va remettre du moral

Megan, 26 ans est en train d'appeler toutes les familles pour proposer des visio même le we ce qui est plus pratique pour celles qui travaillent. Le carnet se remplit très vite, dans certains EHPAD c'est déjà plein jusqu'en janvier.

La jeune femme est très investie dans sa mission

On attend surtout de voir le sourire des résidents réapparaître sur leur visage, et par la même occasion nous on se sent valorisé, on se sent utile au sein de la société

Pour le moment les jeunes ont un contrat d'un mois mais qui pourrait être renouvelé si l'expérimentation fonctionne bien.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess