Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Du champagne à la sauce antillaise

mercredi 16 mars 2016 à 10:44 Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

A 37 ans, Marie-Inès Romelle réalise aujourd'hui son rêve en sortant sa propre marque de champagne. 10 000 bouteilles de Marie Césaire seront commercialisées, en métropole dans un premier temps, mais peut-être dès l'an prochain aux Antilles.

Les premières bouteilles de Marie Césaire vendues ce 16 mars
Les premières bouteilles de Marie Césaire vendues ce 16 mars - Marie-Inès Romelle

Ce n'est pas un rêve d'enfant, mais un rêve quand même, que réalise aujourd'hui Marie-Inès Romelle. Cette Jeune femme de 37 ans, originaire de Guadeloupe, commercialise ce 16 mars les premières bouteilles de son champagne Marie Césaire. Une idée qui lui trottait dans la tête depuis dix ans : "Quand je travaillais dans les épiceries fines, j'avais remarqué qu'elles avaient leurs propres marques de champagne. Je me suis documentée pour savoir comment elles s'y prenaient et ça m'a donné envie de faire pareil".  Alors quand Marie-Inès emménage dans la Marne avec son mari et ses trois enfants, elle profite d'une période sans emploi pour se lancer. Le hasard fera le reste en mettant sur sa route un vigneron installé à Ecueil, Christophe Lefèvre, à qui elle ose demander de s'associer : "Et il a dit oui. Il a cru en mon projet et aujourd'hui c'est lui qui produit mon champagne".

Une touche d'Antilles

Ce n'est pas parce qu'elle se lance dans le champagne que Marie-Inès en oublie ses origines guadeloupéenne. Ce champagne, elle le produit avec du sucre de canne "une touche subtile", dit-elle. Une touche qui devrait lui permettre de conquérir le marché antillais : "Il n'y a pas que le rhum, on aime beaucoup le champagne". Et les chiffres parlent pour elle, 2 millions 600 000 bouteilles ont été vendues en Guadeloupe et en Martinique en 2014. Mais dans un premier temps, 10 000 bouteilles seront commercialisées et uniquement en métropole.

"Je ne touche pas à la fabrication"

A la tête de sa marque de champagne, Marie-Inès ne se prend pas pour autant pour une viticultrice et continue de découvrir ce milieu qu'elle ne connaissait pas : "Je fais les vendanges, je participe au dégorgement, mais je ne manipule pas du tout mon champagne. Je me concentre sur le marketing et la vente de ma marque".