Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Du commissariat au tribunal d'Annecy, 87 paires de chaussures pour 87 féminicides commis en France cette année

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

À Annecy (74), les militantes de #NousToutes ont disposé 87 paires de chaussures du commissariat au palais de justice, un parcours figurant celui d'une victime de violences déposant plainte jusqu'à son aboutissement devant la justice. 87 paires de chaussures, pour les 87 féminicides commis en 2020.

87 paires de chaussures ont été posées, du commissariat jusqu'au tribunal d'Annecy, pour symboliser un vrai "parcours du combattant" des femmes victimes de violences selon les militantes
87 paires de chaussures ont été posées, du commissariat jusqu'au tribunal d'Annecy, pour symboliser un vrai "parcours du combattant" des femmes victimes de violences selon les militantes © Radio France - Damien Triomphe

"Poser ces chaussures par terre, c'est donner une visibilité aux 87 femmes tuées par leur compagnon ou leur ex compagnon depuis le début de l'année" explique Pricilla, membre du collectif #NousToutes 74. A quelques jours de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, un appel à une mobilisation nationale a été lancé ce samedi. À Annecy, en Haute-Savoie, quatre militantes ont répondu présentes.

Les militantes de #NousToutes74 ont déposé les 87 paires de chaussures ce samedi après-midi sur la voie publique à Annecy
Les militantes de #NousToutes74 ont déposé les 87 paires de chaussures ce samedi après-midi sur la voie publique à Annecy © Radio France - Damien Triomphe

Cette fois-ci, l'épidémie de coronavirus et les contraintes sanitaires les ont empêché d'organiser à Annecy une marche contre les violences faites aux femmes, comme chaque année. Les militantes de #NousToutes 74 ont donc décidé une action peut-être moins spectaculaire, mais tout aussi visible ; du commissariat jusqu'au palais de justice, en passant par le Pâquier, elles ont déposé le long du trajet, tous les trois mètres des paires de chaussures, en alternance avec des affiches collées au sol. 

87 paires de chaussures, qui symbolisent les 87 féminicides recensés en France depuis le début de l'année par les associations.

Les passants sur le Pâquier ont vu ces paires de chaussures, disposées à 6 mètres les unes des autres, sur le trajet du commissariat au tribunal
Les passants sur le Pâquier ont vu ces paires de chaussures, disposées à 6 mètres les unes des autres, sur le trajet du commissariat au tribunal © Radio France - Damien Triomphe
Des affiches ont également été collées au sol, entre les paires de chaussures
Des affiches ont également été collées au sol, entre les paires de chaussures © Radio France - Damien Triomphe

Du dépôt de plainte au tribunal, "un parcours du combattant"

La disposition des chaussures, sur un trajet allant du commissariat d'Annecy au palais de justice n'est évidemment pas un hasard. L'idée est de représenter "un parcours du combattant", comme l'estime Marine, membre de #NousToutes. "On a régulièrement des témoignages. _Des personnes venues déposer plainte, on leur a refusé, parce qu'il n'y avait pas assez d'éléments_. Sauf que c'est bien un travail d'enquête qui doit être réalisé après le dépôt de plainte, et c'est bien la justice qui doit se positionner si c'est qualifiable ou pas. Mais absolument pas au moment de déposer plainte" développe-t-elle. "Et symboliquement, c'est toujours les pieds qu'on voit dépasser d'un drap, et une étiquette avec un nom et prénom dessus" complète Pricilla.

Leur objectif : être visible, sensibiliser et mobiliser la population. "Se mobiliser, ça ne veut pas forcément dire entrer dans une association, ça veut aussi dire en parler autour de soi, prendre soin de ses proches" explique Eva, membre du collectif, "on a tous et toutes des proches qui sont victimes de violences, ou qui ont subi des violences ou du harcèlement. Il faut que les gens aient une oreille là-dessus".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess