Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Du jus de cerises pour produire le gaz de ville d'Apt

-
Par , France Bleu Vaucluse

Aptunion produit du gaz avec l'eau sucrée de l'usine de fruits confits. Une centrale de méthanisation est branchée sur le réseau de gaz de la ville d'Apt (Vaucluse) pour alimenter l'équivalent de 4.000 habitants à partir de 3.000 tonnes de sucre dissous.

L'usine de méthanisation d''Aptunion transforme l'eau sucrée des cerises en gaz de ville
L'usine de méthanisation d''Aptunion transforme l'eau sucrée des cerises en gaz de ville © Radio France - Philippe Paupert

À Apt, l'entreprise de fruits confits Aptunion a installé un méthaniseur pour recycler les déchets des fruits.  Chaque année, 10.000 tonnes de cerises, d'abricots, de melons ou de pastèques sont lavés, rincés et blanchis dans trois usines à l'entrée d'Apt. Quelque 3.000 tonnes de sucre dissous partaient auparavant à la station d'épuration. Désormais, l'eau sucrée produit du gaz. C'est le premier méthaniseur de ce type en Provence-Alpes-Côte d'Azur.  

Du gaz de ville avec du jus de cerises du Luberon

À quelques mètres de l'usine, les pompes aspirent de l'eau et le sucre des cerises. Olivier Charles, le PDG d'Aptunion suit dans le labyrinthe de tuyaux et de vannes le chemin "des eaux de lavage des fruits vers la station d'épuration." Cette station d'épuration sur le site de l'usine est quasi saturée alors Aptunion a investi quatre millions d'euros pour "transformer les 3.000 tonnes de sucre dissous chaque année dans l'eau en biogaz".  Un méthaniseur de 15 mètres de haut se dresse sur le site. L'installation orchestre une symphonie de pompes. Jean-Michel Scalabre, le responsable environnement d'Aptunion, explique que "ce qui repart du méthaniseur, c'est de l'eau épurée à 80%".

Une véritable usine à gaz pour épurer l'eau sucrée

L'installation d'Aptunion traite le gaz pour "atteindre une pureté équivalente au gaz de ville". La cuve est à 30 degrés. Elle contient de l'eau, du sucre et des bactéries : "C'est comme dans la nature, comme au fond d'un étang quand des feuilles fermentent, des petites bulles de gaz remontent". Ces petites bulles repartent dans d'autres tuyaux. Un filtre moléculaire sépare le soufre et le dioxyde de carbone.  

Olivier Charles, le PDG d'Aptunion, montre en souriant son installation : "C'est une véritable usine à gaz". Car ce gaz est réinjecté dans le réseau d'Apt depuis le 23 janvier. À côté de la cuve de méthanisation, une énorme bulle de plastique contient 600 mètres cubes de gaz à très basse pression donc "il n'y a quasiment aucun risque d'explosion" souligne le responsable Environnement d'Aptunion. 

Ce biométhane est pur à plus de 99%. Aucune odeur. Aptunion a réussi a transformer ces déchets en ressource. Il reste 20% d'eau à traiter ensuite, largement dans les capacités de la classique station d'épuration.

"Cette véritable usine à gaz traite 3.000 tonnes de sucre par an" Olivier Charles, PDG d'Aptunion

A quelques mètres des cuves de cerises du Luberon, Olivier Charles, PDG d'Aptunion, pointe le raccordement au réseau de gaz de ville d'Apt
A quelques mètres des cuves de cerises du Luberon, Olivier Charles, PDG d'Aptunion, pointe le raccordement au réseau de gaz de ville d'Apt © Radio France - Philippe Paupert
Des filtres moléculaires séparent soufre et dioxyde de carbone dans l'usine à gaz d'Aptunion
Des filtres moléculaires séparent soufre et dioxyde de carbone dans l'usine à gaz d'Aptunion © Radio France - Philippe Paupert
La station d'épuration de l'usien d'Aptunion est quasiment saturée avant la mise en service de la méthanisation
La station d'épuration de l'usien d'Aptunion est quasiment saturée avant la mise en service de la méthanisation © Radio France - Philippe Paupert
Choix de la station

À venir dansDanssecondess