Société

Du street art dans le tunnel du Mans

Par Marie Mutricy, France Bleu Maine dimanche 18 septembre 2016 à 18:00

Tian, RNST et STF ont réalisé des toiles de 4 mètres sur 2,50 mètres pour décorer trois arcades du tunnel du Mans pendant un an.
Tian, RNST et STF ont réalisé des toiles de 4 mètres sur 2,50 mètres pour décorer trois arcades du tunnel du Mans pendant un an. © Radio France - Marie Mutricy

Trois femmes prennent leurs aises dans les arches du tunnel du Mans. C'est l'association Entre cours et jardins qui a souhaité s'emparer de l'axe de circulation central de la ville, pour lancer la 9e édition des visites des espaces clos de la cité Plantagenêt.

Entre street Art et jardins... Pour la neuvième édition des visites des cours et jardins du Vieux Mans, l'association a demandé à trois artistes de décorer trois des arches du tunnel du Mans. Le passage vers le centre-ville, sous la cité Plantagenêt est connu de toutes et tous. Il arborera donc les visages de trois femmes pendant un an. Des collages de 4 mètres sur 2 mètres trente, réalisés par RNST d'Avignon, STF de Marseille et Tian, le local de l'étape puisqu'il est né et qu'il vit au Mans. L'artiste avait déjà collé une oeuvre dans le bas du tunnel il y a huit ans.

STF est l'un des trois artistes à avoir participé. Et pour voir la troisième oeuvre, il faudra aller dans le tunnel ! - Radio France
STF est l'un des trois artistes à avoir participé. Et pour voir la troisième oeuvre, il faudra aller dans le tunnel ! © Radio France - Marie Mutricy

Un défi technique

Mais la proposition d'Entre Cours et Jardins était différente. Il s'agissait d'installer de manière tout à fait officielle et encadrée trois toiles dans les arches du tunnel. Pas du street art à proprement parler, où l'artiste installe son collage où il le souhaite et sur la surface qu'il choisit. "Mais en réalité, faire des toiles et les vendre est la deuxième facette de notre activité" explique Tian. Et puis faire un collage sur les murs en brique du tunnel était impossible : "la pierre est en saillie, irrégulière, le mortier s'effrite... Moi je travaille en collage papier kraft déjà peint que je colle sur les murs. Ici c'était impossible". Les œuvres reposent donc sur des châssis en bois.

Partager sur :