Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Duoday à Pôle Emploi : Céline et Valérie renversent les clichés sur les personnes handicapées

Céline Beautier est conseillère à Pôle emploi, à Rouen. A l'occasion du Duoday, elle a accueilli toute une journée Valérie, une femme en situation de handicap et déterminée à retrouver un emploi.

Céline et Valérie (à droite) font partie des binômes qui participent au Duoday.
Céline et Valérie (à droite) font partie des binômes qui participent au Duoday. © Radio France - Diane Berger

Rouen, France

A première vue, on pourrait croire que Valérie n'a rien de particulier. Ses souffrances sont invisibles, mais depuis 2011, elle vit avec une sclérose en plaques. "On peut avoir des difficultés majeures, ça ne se voit pas, et pourtant ça peut compliquer beaucoup de chose", décrit-elle. Concrètement, elle ressent des fourmillements dans le corps, des douleurs, et parfois elle boite. Dans ces conditions, difficile de garder l'emploi de publicitaire qu'elle occupait jusque-là : horaires à rallonge, haut niveau de stress et déplacements très réguliers sont incompatibles avec sa maladie.

Elle fait partie des nombreuses personnes en situation de handicap qui n'ont pas pu poursuivre leur emploi à cause de la maladie. Mais elle est déterminée : après une reconversion pour devenir conseillère en insertion professionnelle, elle cherche activement du travail. Et le jeudi 16 mai, elle participe au Duoday, auprès de Céline, employée d'une agence Pôle emploi de Rouen.

Le Duoday est une initiative du secrétariat d'Etat en charges des personnes handicapées. Pendant une journée, des personnes handicapées sont accueillies par des volontaires sur leur lieu de travail. L'idée, c'est de briser les préjugés qui refroidissent les recruteurs.

"Changer l'image qu'on a des personnes dans cette situation"

Céline montre à Valérie une matinée classique de travail à l'agence : recevoir des rendez-vous, orienter des personnes en recherche d'emploi, puis mettre à jour leurs dossiers. "Est-ce que vous avez des questions ?", demande parfois Céline en montrant les logiciels utilisés. Valérie prend des notes. 

"Le handicap, ça redéfinit beaucoup de choses", reconnaît Valérie, même si elle ne vit pas avec fatalité sa reconversion professionnelle. "Mon objectif maintenant, c'est de trouver un emploi dans cette activité qui me plaît énormément, et par ce fait aider les gens", précise-t-elle.

En tant que conseillère Pôle emploi, Céline croise quant à elle régulièrement des personnes handicapées. Les aider à trouver un travail lui tient à cœur, et participer au Duoday coule de source : "C'est un public qui a des besoins particuliers, et qui nécessite une attention toute particulière."

C'est aussi intéressant pour elle de côtoyer une personne comme Valérie toute une journée : "C'est important d'avoir un échange, que Madame me partage son quotidien en temps que demandeur d'emploi en situation de handicap ! _Ça nous permet de rentrer plus en détails sur ce que ça engendre dans ses démarches_, et pourquoi c'est si difficile parfois de parler de son handicap... et de changer l'image qu'on a aussi, à Pôle emploi, des personnes dans cette situation."

Valérie acquiesce : "C'est une croisade, parfois, quand on a un handicap !" Les personnes comme elles ont même des choses à apporter à des équipes de travail, estime-t-elle, "une autre sensibilité que la maladie amène bien souvent."

Cette journée, conclut Céline, "c'est vraiment pour faire changer l'image du handicap chez les employeurs dans un premier temps, mais aussi à toute la population. Ça peut arriver à tout le monde de dire 'oh cette personne-là, elle a un handicap, elle ne va pas pouvoir faire telle ou telle activité', alors qu'en fait, on n'en sait rien."