Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Toussaint : un travail dans les cimetières pour quatre jeunes sans emploi à Échirolles

mercredi 31 octobre 2018 à 17:00 Par Justine Dincher, France Bleu Isère et France Bleu

Pour nettoyer les cimetières et aider les personnes âgées à porter leurs fleurs, quatre jeunes ont été embauchés par la mairie d'Échirolles (Isère) à l'occasion de la Toussaint. Cette mission de deux semaines leur permet de renouer avec le monde du travail.

Les quatre jeunes encadrés par Rudy, le gardien des cimetières, et Guy Hernandez, conseiller municipal à Echirolles.
Les quatre jeunes encadrés par Rudy, le gardien des cimetières, et Guy Hernandez, conseiller municipal à Echirolles. © Radio France - Justine Dincher

Échirolles, France

Gilet jaune sur le dos et paire de gants dans la poche, quatre jeunes prêtent main-forte dans les cimetières d'Échirolles (Isère) pour la Toussaint. Depuis dix jours, dans trois cimetières de la ville, ils ramassent les feuilles mortes, aident les visiteurs à porter leurs chrysanthèmes ou à remplir leurs arrosoirs. 

Asli, Jawad, Iliès et Hadjid ont été embauchés par la mairie pour un contrat de deux semaines. Pour certains, c'est l'occasion de mettre ou de remettre un pied dans le monde du travail. Ils sont encadrés au quotidien par Rudy, le gardien des cimetières qui estiment que "cette année, ils ont été sérieux, on a bien travaillé".

ÉCOUTEZ | Quatre jeunes proposent leurs services à l'entrée des cimetières d'Echirolles.

Deux semaines au SMIC

À l'entrée du parking des 120 toises, Jawad propose son aide à Rose et Gilbert dont le coffre de voiture est rempli de fleurs. "Je vais aider la dame à porter les fleurs jusqu'à la tombe du défunt, explique un jeune, cela lui évitera de se baisser, elle a déjà un sac à main et son mari à une canne". Le couple de retraités est ravi, "il faut donner du travail aux jeunes". "Si on avait su, on aurait apporter de la monnaie pour les récompenser", assure Gilbert, un peu gêné de ne pas pouvoir leur donner un pourboire. 

C'est une opération "gagnante" pour tout le monde, explique un élu de la mairie. - Radio France
C'est une opération "gagnante" pour tout le monde, explique un élu de la mairie. © Radio France - Justine Dincher

Les jeunes refusent à chaque fois la petite pièce, "on ne fait pas ça pour ça, on est contents d'aider". Ces quatre habitants d'Échirolles ne sont pas bénévoles, ils sont payés au SMIC par la mairie pour cette mission de deux semaines, censée les aider à se réinsérer dans le monde du travail. 

Trois d'entre eux sont à la recherche d'un emploi, le quatrième est étudiant. "Je suis au chômage, j'enchaîne les missions d'intérim dans l'usinage. Ici, c'est une mission qui change, on aide les personnes", "j'ai même demandé si il n'y avait pas un contrat plus long", "on fait de belles rencontres, certains viennent plusieurs fois et se souviennent de nous", expliquent-ils tour à tour.

Moins de vols dans les voitures

En plus du nettoyage des allées et de l'assistance aux visiteurs, les jeunes assurent la surveillance des parkings contre les vols dans les voitures. "Leur présence est importante, on ne voit plus personne tourner autour des voitures", raconte Guy Hernandez, conseiller municipal en charge des cimetières, "tout le monde est gagnant dans l'histoire". Le contrat des quatre jeunes s'arrête le 2 novembre, mais d'autres postes seront à pourvoir l'été prochain dans les cimetières d'Échirolles.