Société

Edito - Des français parmi les preneurs d'otages en Syrie

Par Jean-Laurent Bernard, France Bleu mardi 22 avril 2014 à 7:16

Tous les matins retrouvez le billet de Jean-Laurent Bernard, un regard aiguisé sur l'actualité.

Des français pourraient être parmi les preneurs d'otages en Syrie, ce n'est pas une surprise ? Non, régulièrement ces derniers mois nous vous avons raconté l'histoire de ces français, généralement assez jeunes, qui partent faire la guerre en s'engageant aux côtés des islamistes souvent les plus radicaux.L'information selon laquelle les journalistes auraient été gardés par des geôliers parlant français est sans doute logique. Cette guerre n'est pas seulement sur les champs de bataille, elle est aussi dans l'ombre des otages, redoutable monnaie d'échange qui a mis plus d'un gouvernement occidental dans l'embarras.Sans minimiser que des français puissent en nombre prendre les armes dans ces pays là au nom du jihad, le gouvernement et les responsables politiques doivent impérativement éviter la surenchère. L'équilibre sur notre territoire avec les communautés musulmanes est trop fragile pour que l'on puisse sombrer dans les amalgames. D'autant que les représentants musulmans en France ont depuis longtemps condamné ces dérives extrémistes et insupportables pour leur religion.Les expulsions ou les poursuites engagées à échéance régulière contre ces religieux qui tentent d'importer des idées incompatibles avec notre démocratie prouvent que l'on ne peut  être ni naïf ni immobile.La porosité de notre pays n'est pas affaire de frontière. Rien n'empêche les idées de circuler et d'influer sur des comportements. Les otages sont le signe que c'est une menace permanente. Notre confort nous incite à regarder de très loin ces conflits qui pourtant sont à notre porte. Des peuples, des groupes sont en guerre, certains nous détestent et sont prêts à tout pour nous entrainer dans ces bourbiers.A nous d'assumer notre rôle. Ces guerres vivent aussi sur notre sol. Un risque permanent que nous devons accepter.

Edito. Des français parmi les preneurs d'otages en Syrie - BLEU NATIO WEB

Partager sur :