Société

EDITO - Elections municipales - Avant de penser au deuxième tour, il faudrait peut-être déjà voter au premier, non ?

Par Jean-Laurent Bernard, France Bleu vendredi 21 mars 2014 à 7:33

Tous les matins retrouvez le billet de Jean-Laurent Bernard, un regard aiguisé sur l'actualité.

Oui, c'est même la priorité. Et nos professionnels de la politique qui se répandent avec leurs calculs d'apothicaires sur les combinaisons en vue du second tour, se trompent une fois encore lourdement. Ce n'est pas avec de tels arguments qu'ils sortiront les abstentionnistes de leur lit dimanche matin. Parler de front républicain, d'alliance, de transparence revient à conforter celles et ceux qui prévoient de ne pas voter autant par lassitude que par défiance. Ce front républicain est un leurre qui sera mort-né dimanche soir à 20h. Pour une simple raison, il s'agit d'élections municipales et les accords, même contre nature s'écriront ville par ville. On le voit bien avec le Modem dont les convictions et les mariages vont de droite à gauche au gré des humeurs locales. Il ne sert à rien de brandir sa signature promettant l'honnêteté et la lutte contre la corruption si on n'a pas été capable des mois durant de convaincre les électeurs sur des projets crédibles au cœur de leur vie quotidienne. Les sondages ont bien démontré à quel point les citoyens sont majoritairement intéressés par l'avenir de leur ville avant de critiquer ou de soutenir le gouvernement. Et donc, décliner les probables alliances et désistements de second tour avant même d'avoir mobilisé pour le premier revient à se tirer une balle dans l'urne. En plus, les stratèges en sciences politiques oublient comme d'habitude que les électeurs ne sont pas des militants. Ils ont déjà du mal à s'intéresser à leur ville ou leur quartier, ce n'est peut-être pas utile de les embrouiller. Bon allez, gardons le moral et dimanche, allons voter.

Edito. Elections municipales - Avant de penser au deuxième tour, il faudrait peut-être déjà voter au premier, non ?

Partager sur :