Société

Edito - La menace de dissoudre l'Assemblée Nationale est-elle de nature à calmer l'énervement de certains députés du PS?

Par Jean-Laurent Bernard, France Bleu vendredi 25 avril 2014 à 6:49

Tous les matins retrouvez le billet de Jean-Laurent Bernard, un regard aiguisé sur l'actualité.

Oui, cela s'appelle prendre ses responsabilités. Il n'y a pas besoin d'explications très longues pour convaincre les députés frondeurs et pour partie anti-Valls qu'une dissolution les enverrait presque à coup sûr découvrir la réalité inégalée de pôle emploi.Si pour le moment le groupe socialiste au nom de grands principes est dans un bras de fer permanent, c'est son problème. Il est au pouvoir, majeur et responsable, à lui d'assumer et de débrouiller la situation compliquée dans laquelle se trouve la France.Le plan d'économie de 50 milliards reflète l'exposition brutale du scandale des retraités les plus modestes. L'état leur donne l'aumône en leur demandant de se taire. C'est encore le nombre de fonctionnaires qui continuent d'augmenter, l'endettement du pays qui ne tarit puisque nous sommes parmi les plus gros emprunteurs d'Europe ou l'incapacité affichée d'annoncer des réformes et de s'y tenir.Alors si des dizaines de députés socialistes estiment que le gouvernement et le chef de l'état se trompent, qu'ils fassent preuve de courage et votent contre les 50 milliards.François Hollande devra alors être logique : sa majorité devenue opposition, il n'aura plus qu'à dissoudre. Ses prédécesseurs ont prouvé que la cohabitation ne leur a pas forcément porté tort. La rigueur, les points d'indice, les pensions des retraités ont basculé dans un discours sémantique exaspérant. Avec en prime l'impression que la situation est tellement engluée par nos déficits, nos lourdeurs et nos prés carrés qu'il est illusoire d'espérer un changement rapide pour les chômeurs ou les plus modestes.Entendre la ministre des affaires sociales expliquer sans rire que la revalorisation des prestations familiales va représenter 20 euros supplémentaires par mois pour les familles nombreuses en dit long sur notre pitoyable marge de manouvre.

Edito. Assemblée Nationale