Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

EDITO - La tension sociale devient-elle explosive ?

lundi 2 décembre 2013 à 6:40 France Bleu Provence

Difficile de répondre précisément sans être aussitôt taxé soit de vouloir la révolution à la mode Mélenchon, soit de fermer les yeux sur une situation aujourd’hui inquiétante.

En quelques jours, les conflits n’ont cessé de croître ou de menacer.

La SNCF jeudi dernier laissant à l’abandon les usagers entre Toulon et Marseille, les agriculteurs du Var vendredi, les routiers autour d’Aix samedi, ainsi que les commerçants de Fréjus et ce lundi matin à nouveau les routiers mais ce ne sont pas les mêmes sur l’autoroute littoral et la CGT de la RTM qui laisse les bus aux dépôts en réclament des augmentations de salaires .

Dimanche,  les manifestants du front de gauche n’ont pas eu de mal à se mobiliser autour du chômage et de la pression fiscale.

Le problème du gouvernement c’est qu’il est partout sauf là où nous avons besoin de lui. Face à l’avalanche d’impôts et d’augmentations de la TVA et au coeur du bourbier chômage dont on ne voit pas l’issue, les débats sur la prostitution ou la viande hallal en prison ne peuvent qu’exacerber des électeurs qui ont l’impression que l’on passe plus de temps à promener le chien qu’à se préoccuper de vie quotidienne. Pour autant ces humeurs sociales ne font pas une révolte ou une paralysie de la Provence.

Faire grève aujourd’hui coûte cher.

Rares sont ceux qui en ont les moyens ou acceptent de nouveaux sacrifices pour se faire entendre. D’autre part, une grogne cherche surtout l’efficacité, en ce moment, impossible de prédire ce qu’il faut faire. Selon les jours et les couleurs politiques, chacun imagine sa solution. Aussitôt contredite par le voisin. Cette désespérance très française n’est jusqu’ici qu’une écume plus ou moins bruyante. Mais personne n'est capable d’entendre ce qui se passe réellement en profondeur. Les élections municipales apporteront quelques réponses. A moins que d’ici là un évènement apparemment fortuit ne déclenche l’imprévisible.  

Edito 02/12