Société

EDITO - Le gouvernement a reporté l'examen d'un texte sur les personnes âgées. Pourtant, c'est très important, non ?

Par Jean-Laurent Bernard, France Bleu jeudi 10 avril 2014 à 7:16

Tous les matins retrouvez le billet de Jean-Laurent Bernard, un regard aiguisé sur l'actualité.

C'est vrai mais tous les gouvernements ont été confrontés au même problème qui devient d'ailleurs de plus en plus aigu. Le financement des retraites, la revalorisation des pensions et l'accompagnement des personnes âgées dépendantes. À chaque dépendance doit correspondre une aide spécifique. Une retraitée qui est partiellement handicapée n'a pas les mêmes besoins qu'un vieillard Alzheimer. Même si dans tous les cas c'est affaire d'argent. La question récurrente, lancinante est celle du choix de société que nous voulons. Tout est urgent. Mais nous savons tous que d'abord nous sommes condamnés à vieillir et ensuite que les retraités seront plus nombreux demain qu'aujourd'hui. Il suffit d'écouter nos parents pour mesurer le degré d'abandon dont ils sont victimes. Les retraités qui gagnaient peu lorsqu'ils travaillaient sont touchés de plein fouet au fil des ans. Au prétexte cynique de besoins moins importants, d'une vie qui se ralentit, ils seraient épargnés par l'augmentation des prix, la flambée des loyers et autres ponctions mensuelles sur leurs revenus. Lorsque la maladie vient compliquer des situations difficiles, il est normal de se tourner vers l'Etat. Manuel Valls serait bien inspiré d'ouvrir les yeux sur cette réalité là. On est au même niveau d'urgence que sur le chômage. Parce que rien de sérieux n'a été fait ces dernières années. Le financement des retraites n'est pas une avancée, c'est juste une évidence. Sauf à demander au plus de 65 ans de bien vouloir se débrouiller tout seul. C'est d'ailleurs ce qu'ils font. En silence. Cela s'appelle de la maltraitance. Ne soyons pas naïfs il est plus facile de dénoncer que d'agir surtout avec le retard pris.

Edito. Le gouvernement a reporté l'examen d'un texte sur l'accompagnement des personnes âgées.