Société

Edito - Le pacte de responsabilité de Manuel Valls, ça passe forcément, sinon ça casse ?

Par Jean-Laurent Bernard, France Bleu mardi 29 avril 2014 à 7:06

Tous les matins retrouvez le billet de Jean-Laurent Bernard, un regard aiguisé sur l'actualité.

On imagine très mal le parti socialiste se saborder cet après-midi si une majorité venait à retoquer le pacte de responsabilité imaginé par François Hollande et mis en musique par Manuel Valls.

Aux uns et aux autres de se débrouiller avec leurs états d'âme et à les assumer. Cela dit, dans le concret de ce pacte il y a aussi et surtout le pari que les chefs d'entreprise vont suffisamment s'y retrouver pour gagner leur vie et créer des emplois.

Le premier ministre a beau agiter le chiffon d'une menace contre les patrons qui préfèreraient verser des dividendes aux actionnaires plutôt qu'investir ou créer des emplois, on voit bien que le gouvernement est obligé de faire confiance. Alors, comme toujours les préfets sont fermement priés de mobiliser le monde économique de leur département.

Après le demi-succès ou demi-échec des emplois d'avenir qui ont vu les préfets faire du porte à porte pour essayer d'inciter les maires à créer ces fameux emplois d'avenir, Manuel Valls va pousser tous les leviers pour essayer d'aller vite. Il est presque plus simple pour lui de lâcher du lest en acceptant de ne pas pénaliser les retraités qui touchent moins de 1200 euros ou en promettant une augmentation de salaire pour les fonctionnaires les plus modestes.

Ce n'est pas scandaleux mais cela aura un coût. En revanche convaincre les chefs d'entreprise d'investir et d'embaucher n'a rien de politique et la solution n'est pas dans les discours. C'est juste une affaire de concret, de confiance et de perspective. Autant de qualités qui ne sont guère florissantes en ce moment sous le label France. ;

Edito. Le pacte de responsabilité

Partager sur :