Société

EDITO - Le retour de Nicolas Sarkozy peut-il changer la donne pour les élections municipales ?

Par Jean-Laurent Bernard, France Bleu lundi 10 février 2014 à 7:08 Mis à jour le mardi 11 février 2014 à 5:40

Tous les jours, Jean-Laurent Bernard, le rédacteur en chef de France Bleu Provence, réagit à un fait d'actualité. Retrouvez son édito.

S'il décide de revenir au premier plan, cela donnera du grain à moudre pour la gauche qui se jettera sur l'ancien président avec l'espoir de recréer le climat de rejet qui a contribué à sa perte contre François Hollande. Au lieu de jouer les mouches du coche et de passer la tête par la fenêtre des médias selon un rythme parfaitement orchestré l'ancien président serait beaucoup plus dans son rôle s'il contribuait à l'apaisement d'une France énervée et passablement en panne de points de repères. Ce qui s'est passé l'autre jour à Rennes doit résonner comme un signal d'alarme. Les violences très dures en marge d'un meeting du front national témoignent tout à la fois de la bonne santé des provocations et de cette tentation permanente pour certains d'aller chercher dans la rue ce qu'ils ne gagnent pas dans les urnes. De fait Nicolas Sarkozy n'est pas un modèle de conciliation, ses sorties aux quatre coins du pays provoquent déjà de sérieux hauts le cœur à l'UMP ou plus que jamais quelques ténors ont les yeux tournés vers la prochaine présidentielle. Entre une gauche très affaiblie notamment par un parti socialiste déconfit et une extrême droite prête à tout pour exister notamment aux élections municipales, nous commençons à réunir les ingrédients d'une pétaudière politique. Chacun joue sa partition, ce qui produit de l'inaudible et du très énervant. Les électeurs attendent toujours des réponses concrètes. Il ne sort rien de perceptible des violences de Rennes, des visites faussement impromptues d'un ancien président qui ne pense qu'à revenir ou d'un président actuel plus heureux semble-t-il entre Tunis et les États Unis qu'à son bureau pour s'occuper du chômage et de la pauvreté.

Edito. Le retour de N. Sarkozy peut-il changer la donne pour les élections municipales